A LA UNECoronavirus

Le Danemark revoit la suspension des vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson

Le Danemark a annoncé, lundi, qu’il allait reconsidérer la décision de suspendre les vaccins d’AstraZeneca et Johnson & Johnson de son programme national de vaccination, qui ne devrait par conséquent être achevé qu’en septembre prochain, avec un mois de retard sur le calendrier initial.

La décision de retirer Johnson & Johnson de notre programme de vaccination en particulier a été prise il y a un mois sur la base de quelques données préliminaires. Depuis lors, de nombreuses personnes ont été vaccinées dans le monde avec ce vaccin. Cela signifie qu’on a maintenant de bien meilleures données et beaucoup plus de connaissances sur les effets secondaires“, a déclaré à TV2 le ministre de la Santé, Magnus Heunicke.

Le ministre a estimé qu’il est aujourd’hui “pertinent” de reconsidérer la décision de suspendre les deux vaccins, même si les autorités sanitaires ont un avis différent.

→ Lire aussi : CHINE: PRÈS DE 640 MILLIONS DE DOSES DE VACCINS ANTI-COVID ADMINISTRÉES

Ce qu’ils proposent, je ne peux pas le prédire“, a affirmé M. Heunicke, en allusion aux responsables du Conseil national de la santé. Après avoir été suspendu depuis le 11 mars, le vaccin d’AstraZeneca a été complètement éliminé du programme de vaccination danois le 14 avril. À l’époque, le directeur du Conseil national de la santé, Søren Brostrøm, a attribué cette décision à deux raisons. La première concerne un lien potentiel du vaccin avec des effets secondaires graves tels que de rares caillots sanguins. La seconde est que les autorités ne voulaient courir aucun risque en l’utilisant tant que l’infection au Danemark était sous contrôle.

Au Danemark, 150 379 personnes ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, mais seulement 1 037 en ont reçu la seconde injection.

L’Agence danoise des médicaments a traité 23 rapports de caillots sanguins en relation avec ce vaccin. Sur 20 cas – dont un décès – l’agence a estimé que le lien avec le vaccin était “moins probable“. Dans trois autres cas, elle a assuré qu’il ne peut “être exclu” que le vaccin “ait contribué” aux caillots sanguins.

Quoique retirés du programme national de vaccination, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont néanmoins administrés aux personnes qui le souhaitent, à condition de consulter un médecin.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page