Le dragon asiatique à la conquête du marché marocain

maroco-coréen

Par Khadija Skalli

La CGEM et la Chambre de Commerce et d’Industrie Coréenne (KCCI) organisent, vendredi 21 décembre 2018 à Casablanca, le forum économique maroco-coréen. Objectif : hisser le partenariat économique entre les deux pays à un palier supérieur. Le Royaume constitue pour le dragon asiatique une porte d’entrée vers le marché africain.

La Corée du Sud est en quête d’ouverture vers l’Afrique. L’Afrique du nord constitue ainsi, pour ce dragon asiatique, une plateforme stratégique pour percer le marché continental.  Après l’Algérie et la Tunisie, le Premier ministre de la Corée du Sud accompagné d’une armada d’institutionnels et d’hommes d’affaires effectue actuellement une visite de travail au Royaume. Objectif : insuffler une nouvelle dynamique à la coopération maroco-coréenne à tous les niveaux : politique, diplomatique et surtout économique.

C’est dans ce cadre que le forum économique maroco-coréen se tient vendredi 21 décembre 2018 à Casablanca. L’événement est organisé par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Chambre de Commerce et d’Industrie Coréenne (KCCI) en partenariat avec la Korea Trade-Investment Promotion Agency (KOTRA). L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) prend part à cet événement pour présenter aux coréens les opportunités d’investissement dans le Royaume. Le forum constitue ainsi une occasion d’élargir le partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays.

« Ce forum économique vise à renforcer la coopération existante entre les deux communautés d’affaires et promouvoir les échanges commerciaux et de l’investissement entre les deux pays », souligne Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, dans une déclaration au Maroc-diplomatique. Avant de poursuivre : « Les entrepreneurs coréens s’intéressent à des secteurs émergents au Maroc notamment les secteurs de l’automobile, l’aéronautique, l’électronique et les nouvelles technologies. Sans oublier le secteur du textile ». Les opérateurs coréens ciblent également la formation professionnelle, la recherche et développement dans les universités ainsi que les énergies renouvelables.


→ Lire aussi : Maroc–Corée du Sud: Signature de six accords de partenariat

La Corée du Sud bénéficie d’une place de premier plan dans l’économie mondiale. Son économie repose principalement sur des industries de pointes telles que l’industrie de l’automobile ou celle de l’électronique. Son modèle de développement est donc un exemple pour le Maroc.

Le dragon asiatique offre beaucoup d’opportunités à l’économie marocaine. Toutefois, les échanges sont encore à la traîne. « Au niveau des relations bilatérales, la Corée du Sud est le 20ème partenaire du Royaume avec un volume global des échanges de 660 millions de dollars. Ce chiffre ne reflète en rien la qualité de nos relations bilatérales ni le potentiel de nos économies », regrette Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, lors du Forum. Au niveau des investissements, la Corée du Sud est le 16ème investisseur au Maroc. Les grandes enseignes sont déjà là comme LG, Samsung électronique et Hyundai. Cependant, ceci demeure faible, selon Moulay Hafid Elalamy.

Le Royaume ambitionne de hisser la coopération économique à un palier supérieur. « Nous voulons donner une autre dimension à notre partenariat », insiste le ministre marocain. D’autant plus que le gouvernement coréen s’engage à mobiliser 5 milliards de dollars en faveur de projets en Afrique entre 2019 et 2020. L’annonce a été faite par Kim Dong-yeon, Premier ministre adjoint et ministre de la Stratégie et des Finances, en mai dernier lors de la 6e Conférence sur la Coopération économique entre la Corée et l’Afrique (KOAFEC) à Busan, en Corée du Sud.


Lors du forum, des séances de rencontres BtoB permettront aux opérateurs coréens de rencontrer leurs partenaires marocains pour exploiter les opportunités existantes dans le Royaume.