A LA UNEEconomie

Le FMI décide d’augmenter ses réserves de 650 milliards de dollars

Le conseil des gouverneurs du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé lundi une allocation générale de droits de tirages spéciaux (DTS) équivalente à 650 milliards de dollars (environ 456 milliards de DTS), en vue d’accroître les liquidités dans un contexte de crise économique liée à la pandémie.

Il s’agit d’une décision historique: la plus importante allocation de DTS de l’histoire du FMI et une bouffée d’oxygène pour l’économie mondiale en cette période de crise sans précédent“, a indiqué la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva.

Elle a ajouté, dans un communiqué, que cette allocation de DTS “profitera à tous les pays membres, répondra au besoin mondial de réserves à long terme, stimulera la confiance et renforcera la résilience et la stabilité de l’économie mondiale. Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s’emploient à surmonter les effets de la crise de la COVID-19“.

→ Lire aussi : La DG du FMI rappelle l’urgence d’agir face à une “reprise à deux vitesses divergentes”

L’allocation générale de DTS, la monnaie du Fonds monétaire international, entrera en vigueur le 23 août 2021. Les DTS nouvellement émis seront attribués aux pays membres proportionnellement à leur quote-part au FMI. Les pays émergents et les pays en développement, y compris ceux à faible revenu, recevront environ 275 milliards de dollars (soit environ 193 milliards de DTS) de la nouvelle allocation. “Nous poursuivrons également des échanges actifs avec nos pays membres afin de déterminer les options viables d’un transfert volontaire des DTS des pays plus riches aux pays plus pauvres et plus vulnérables pour les aider à se remettre de la pandémie et à réaliser une croissance résiliente et pérenne“, a ajouté Mme Georgieva.

L’une des principales options serait que les pays membres ayant une position extérieure solide utilisent volontairement une portion de leurs DTS pour augmenter les ressources du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC), ce qui accroîtrait l’offre de prêts aux pays à faible revenu.

L’aide concessionnelle consentie au titre du fonds fiduciaire RPC est actuellement assortie d’un taux d’intérêt nul. Le FMI étudie, indique-t-on, d’autres options pour accompagner les efforts de relance économique des pays plus pauvres et plus vulnérables, dont l’une serait de créer un fonds fiduciaire pour la résilience et la viabilité en vue de promouvoir une croissance plus résiliente et plus durable à moyen terme.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page