Le gouvernement britannique dévoile son plan d’immigration post-Brexit

immigration

Le gouvernement britannique a dévoilé, mercredi, son nouveau système d’immigration à “points” après le Brexit, qui mettra fin à l’ère de la main-d’œuvre “bon marché” dans les entreprises britanniques et privilégiera les hautes compétences au détriment des travailleurs non qualifiés.

Ce système d’immigration, conçu en inspiration du modèle australien, prendra “le plein contrôle” des frontières britanniques “pour la première fois depuis des décennies” et éliminera la “distorsion” causée par la liberté de circulation de l’Union européenne (UE), selon le gouvernement.

Le plan gouvernemental exige ainsi que chaque travailleur étranger accumule 70 points pour pouvoir obtenir un Work permit (permis de travail), de même qu’il octroie un maximum de 20 points aux candidats qui gagnent au moins 25.600 livres sterling par an, soit l’équivalent de 30.820 euros par an.

En revanche, ceux qui feront preuve de “compétences appropriées” bénéficieront de 20 points, au même titre que ceux qui parlent l’anglais à un “niveau requis“. Le nouveau système place par ailleurs les citoyens non européens et européens sur le même pieds d’égalité.

Le système d’immigration dit “à point” devrait entrer en vigueur à partir de l’an prochain, juste après la fin de la période de transition qui devrait s’achever à la fin de 2020.


La ministre de l’Intérieur de Boris Johnson, Priti Patel, a qualifié ces réformes de “fermes et justes“, déclarant qu’elles faciliteraient l’obtention de visas pour les travailleurs hautement qualifiés.

Notre économie ne doit plus dépendre d’une main-d’oeuvre bon marché en provenance d’Europe, mais se concentrer plutôt sur l’investissement dans la technologie et l’automatisation“, a-t-elle déclaré dans un document du gouvernement détaillant les nouvelles mesures.

Le nouveau système a été immédiatement fustigé par l’opposition et certains professionnels qui y voient un danger, notamment pour le secteur de la santé ou l’industrie alimentaire, alors que les chefs de file de l’industrie ont accusé le gouvernement “d’une attaque contre l’économie“, mettant en garde contre les conséquences “désastreuses” des pertes d’emplois et des fermetures d’usines et des grands magasins.

Le Parti travailliste et les libéraux-démocrates ont eux aussi condamné ces plans tandis que le syndicat professionnel “Unison“, a déclaré que le nouveau système “provoquerait un désastre absolu pour le secteur des soins“.