Le HCR appelle à une solution rapide pour les réfugiés bloqués en Méditerranée

HCR

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé, lundi, un appel aux « Etats afin de proposer d’urgence des ports sûrs pour l’accostage de deux navires ONG se trouvant actuellement en mer Méditerranée, ainsi que le débarquement de 49 réfugiés et migrants secourus, dont de jeunes enfants ».

Quelque 32 personnes sont à bord du Sea Watch 3 depuis le 22 décembre, et 17 autres ont été secourues par le Sea Eye en date du 29 décembre, rappelle le HCR dans un communiqué, notant que «le temps presse et il est essentiel d’agir rapidement ». «Un épisode de mer agitée est annoncé et les conditions à bord de ces bateaux pourraient se détériorer », prévient l’agence onusienne.

«Il est temps de faire preuve d’autorité politique, conformément aux valeurs fondamentales d’humanité et de compassion, afin d’assurer un débarquement en toute sécurité et d’acheminer ces 49 personnes vers un port sûr », a déclaré Vincent Cochetel, Envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale, cité par le communiqué.

→ Lire aussi : Arrivée en Espagne du bateau d’une ONG ayant secouru plus de 300 migrants en Méditerranée

« Les négociations sur quels États les recevront ensuite ne doivent avoir lieu que dans un second temps, quand ces personnes seront débarquées et hors de danger », estime le HCR.


Plus de 2.240 personnes ont trouvé la mort ou sont portées disparues depuis leur tentative de traversée en 2018, et ce malgré une baisse significative du nombre d’arrivants. Le HCR se félicite du travail des navires ONG de recherche et de sauvetage pour leur rôle essentiel dans la prévention d’un bilan plus élevé.

« En 2019, il est essentiel de mettre fin à l’approche actuelle bateau par bateau. Les États doivent mettre en œuvre un mécanisme régional qui donne aux capitaines de navires des indications claires et prévisibles sur l’endroit où débarquer les réfugiés et les migrants secourus en Méditerranée », conclut le communiqué.