Le Liban étend l’état d’urgence à Beyrouth jusqu’au 18 septembre

Beyrouth

Le président libanais Michel Aoun et le premier ministre intérimaire libanais Hassan Diab ont décidé conjointement, lundi, d’étendre jusqu’au 18 septembre l’état d’urgence décrété après l’explosion dans la capitale Beyrouth.

La décision de prolonger l’état d’urgence est intervenue, sur la base d’une approbation exceptionnelle délivrée par MM. Aoun et Diab, compte tenu du fait que la question n’a pas pu être présentée au Conseil des ministres en raison de la démission du gouvernement, à condition que l’affaire soit présentée ultérieurement au Conseil des ministres à titre de règlement.

Selon la décision prise, la prorogation tient compte de la conjoncture actuelle qui nécessite la prolongation de l’état d’urgence déclaré.

Par ailleurs, le juge libanais chargé de l’enquête sur l’explosion qui a ravagé le 4 août le port de Beyrouth et une partie de la capitale libanaise a émis lundi un mandat d’arrêt contre le directeur général des douanes Badri Daher, selon une source judiciaire. M. Daher était en détention provisoire depuis plus de 10 jours, après avoir été arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’explosion qui a fait au moins 177 morts et plus de 6.500 blessés.