Le Maroc continuera à défendre une approche conciliant réalisme et tolérance

Le Maroc

Le Maroc continuera à défendre une nouvelle approche dans le domaine de la migration conciliant réalisme, tolérance et primauté de la raison sur les peurs, a affirmé jeudi à Rabat le président de la Chambre des représentants Habib El Malki.

S’exprimant à l’ouverture d’une réunion internationale organisée par le Parlement marocain en prévision de la Conférence de Marrakech sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, M. El Malki a rappelé que la politique marocaine adoptée en 2013 a permis de régler la situation de plus de 50.000 migrants provenant notamment de pays africains frères. Les bénéficiaires de cette nouvelle politique volontariste et inclusive peuvent ainsi jouir pleinement de leurs droits sociaux et économiques, a-t-il dit.

“Nous faisons face à de véritables défis qu’il n’est pas impossible de relever s’il existe une volonté politique, si nous donnons la primauté à la logique de l’ouverture sur celle du repli sur soi, la logique de l’intégration et de l’acceptation sur celle du rejet, la logique du vivre-ensemble au lieu du nationalisme étroit”, a fait observer le président de la Chambre des représentants.

→ Lire aussi : Le pacte mondial pour la migration en conclave à Marrakech

Il a relevé que sur ce dossier, la tendance générale et le rapport des forces penchent vers la libération et l’ouverture et reflètent l’existence d’une conscience collective des bénéfices de la migration. En témoignent, a-t-il poursuivi, cette volonté et cette détermination dont fait preuve la communauté internationale en faveur de l’adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, organisées et régulières.


“Les parlements ont également une grande responsabilité pour veiller à la mise en œuvre des dispositions du Pacte mondial qui va être adopté par les gouvernements à Marrakech, notamment pour atteindre ses 23 objectifs qui qui regroupent tout ce qui a trait aux causes et motivations de la migration, les droits des migrants et les politiques susceptibles de rendre la migration productive et utile”, a-t-il précisé.

Les parlementaires participant à cette rencontre, initiée en collaboration avec l’Union interparlementaire (UIP), devront attirer l’attention des représentants des gouvernements qui se réuniront à Marrakech ainsi que l’opinion publique internationale sur la montée de l’intolérance et la dangerosité des raccourcis entre migration et insécurité, qui s’exacerbent au gré de la recrudescence du repli identitaire. L’Assemblée générale des Nations unies, au terme de sa 72ème session, avait désigné le Royaume pour accueillir la conférence internationale sur la migration, durant laquelle sera adopté “le Pacte national pour des migrations sûres, ordonnées et régulières”.