Le Maroc fait son entrée au réseau des femmes leaders africaines 

Le réseau des femmes leaders africaines (AWLN) a lancé mardi 17 décembre à Casablanca, sa section au Maroc, sous la présidence de Nabila Freidji. Cette initiative vise à « renforcer le leadership des femmes dans la transformation du continent », conformément à l’« Agenda Afrique 2063 » et des « Objectifs Mondiaux de Développement Durable 2030 ».

Femmes politiques, entrepreneurs, activistes et femmes des médias se sont réunies, hier, à Casablanca, pour célébrer le lancement de l’African Women Leaders Network- Morocco (AWLN Maroc), dans le but de créer un mouvement fédéré appelé à se mobiliser pour mettre en avant l’importance du leadership des femmes à tous les niveaux de la prise de décision dans la vie politique, économique et publique.

Le travail du chapitre national sera axé sur plusieurs volets, notamment, « l’autonomisation des femmes rurales », « La participation politique », « La Paix et sécurité », « Le leadership des jeunes femmes », « L’inclusion financière » et « La mobilisation sociale ».

Cette manifestation entièrement féminine a rassemblé plusieurs femmes leaders dans leur domaine, à savoir, la Ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Egalité et la Famille Jamila El Moussali, la Représentante Résidente de ONU Femmes au Maroc Leila Rhiwi, la Représentante résidente de l’ONU-Femmes en Côte d’Ivoire Awa Ndiaye Seck. En outre, quelques hommes y ont également participé, entre autres, l’ambassadeur du Royaume Uni au Maroc Thomas Reilly.

Dans son allocution, la Présidente d’AWLN Maroc a déclaré : « notre priorité durant les trois prochaines années, sera de travailler sur le volet économique, sans pour autant négliger les autres axes, surtout les chiffres sur l’autonomisation des femmes sont préoccupants ».


Elle poursuit : « Nous avons le devoir en tant que femmes leaders de tout bord et de tout horizon, d’assumer notre part responsabilité dans le progrès de la justice sociale, et de contribuer à la conception du Maroc que nous voulons, un pays prospère et inclusif »

Dans le même registre, Nabila Freidji a dressé le bilan de l’état de l’autonomisation de la femme marocaine en avançant quelques chiffres du HCP. Selon la même source, « les indicateurs de la participation des femmes à la vie économique compte parmi les plus faibles au monde (22% en 2018) » et « le taux des femmes chefs d’entreprises plafonne seulement à 10% ».

Par ailleurs, un plan d’action sera adopté par les membres du réseau. AWLN Maroc vise ainsi à « établir et entretenir un réseau inclusif » et « travailler sur les domaines de (i) l’autonomisation économique des femmes rurales, (ii) le leadership des jeunes femmes, (iii) l’inclusion financière et. (iv) l’échange au nouveau continental via le business ».

De son coté, Thomas Reilly, l’ambassadeur du Royaume Uni au Maroc a commencé son discours sur une note d’humour, en disant « cette initiative concerne des femmes africaines, alors que je ne suis ni femme ni africaine. Je me demande franchement qu’est-ce que je fais ici ? ». Par ailleurs, il a remercié les organisateurs de l’avoir invité.


Il rajoute : « je veux que mes filles aussi deviennent des femmes confiantes qui contribuent à l’économie et au développement de leur pays et du continent africain ».

En outre, le lancement de la section marocaine d’AWLN constitue « une opportunité d’échanger et de discuter sur la voie à suivre durant les prochaines années en vue d’influencer l’agenda en faveur d’actions urgentes d’inclusion des femmes au Maroc », selon les organisateurs.