ban600
credit agricol

Le Maroc, MAROC DIPLOMATIQUE et l’impérissable haine algérienne

Le Maroc, MAROC DIPLOMATIQUE et l’impérissable haine algérienne

Par Souad Mekkaoui

Décidément, seuls les cons ne changent pas d’avis. Preuve en est cette presse algérienne qui après s’être nourrie, pendant un certain temps, de ses insultes et attaques à l’égard de supports médiatiques marocains qu’elle qualifie de makhzéniens, la voilà changer de technique pour essayer de survivre et de se faire une nouvelle réputation en pensant nous tailler des croupières.

Oui. Après avoir chanté sur tous les tons que tout va mal au Maroc et usé de tous les moyens fétides, aujourd’hui, elle cherche à faire feu de tous bords en misant sur tous les tableaux même ceux qui n’existent pas.

Et parce que « MAROC DIPLOMATIQUE » dénonce l’ahurissante campagne de haine algérienne contre le Maroc, il est, depuis quelques semaines, l’objet d’invectives et d’ignominie ad-hominem de la presse et de réseaux du pays voisin. Certains poussent l’outrecuidance et la malhonnêteté jusqu’à s’emparer de certains de nos articles qui leur donnent, apparemment, du fil à retordre. Et après les avoir lus et décortiqués, ils les reproduisent avec la diabolique technique de les transformer – disons de les réécrire – et de les livrer au public, soit tronqués, soit manipulés, voire déformés.

L’exercice relève d’une pratique qui nous rappelle les méthodes staliniennes d’un KGB ou même en remontant loin, de Goebels…

C’est dire que la presse algérienne qui a toujours fait montre de dénigrement, de mépris et d’arrogance à l’égard de la presse marocaine change, maintenant, de stratégie et de tactique en mettant en avant l’un de nos articles en fourvoyant les lecteurs pour marquer le coup.  Pour une fois donc, un journal algérien n’insulte pas les journalistes marocains et pour cause, il croit faire de mon article « Achever la révolution pour un Maroc de tous » la matière grasse et met l’ardeur au travail. Pourtant, pour comprendre ce jeu malsain, on n’a vraiment pas besoin d’avoir le coup d’œil exercé.

LIRE AUSSI : Achever la révolution pour un Maroc de tous

Faut-il garder un œil sur la presse algérienne?

Quiconque lira mon "papier d’humeur", publié dans la version papier de MAROC DIPLOMATIQUE dans son numéro 27, dira probablement que j’ai l’esprit d’escalier et que je réponds un mois après à un article algérien qui a fait de moi le jouet de son contenu. Mais je précise que je n’ai pris connaissance du soi-disant texte qu’il y a quelques jours. Sur le champ, je me suis dit que cela ne valait pas la peine qu’on s’y attarde. En revanche, fermer les yeux sur un mensonge criailleur tissé pour la bailler belle à ses lecteurs en critiquant le Maroc, serait donner l’avantage de calomnier, de désinformer et d’induire en erreur sans réagir. C’est ainsi qu’un site algérien, « La Tribune des lecteurs », pour ne pas le nommer, donne le coup de fion en publiant le 19 juin, un article d’un dénommé Ferhat Zafane, directeur du journal « La Dépêche de Kabylie » un article qu’il a « ingénieusement » intitulé « La contestation citoyenne va crescendo au Maroc : Le Makhzen rattrapé par ses démons » -qui disparaît un mois après!!!- .

J’avoue avoir été bouchée à l’émeri en lisant des paragraphes entiers qu’il a inventé et collé à mon article, en recourant aux guillemets et en me les appropriant. Et donc je suis fondée de répondre à un article où le signataire a pris le mors aux dents en me citant surtout qu’il a été repris par plusieurs autres sites,  entre autres « Algérie 7 », « La Dépêche de Kabylie » et « noovell.com » non par appréciation pour l’écrit mais par coup tordu et pour mettre à profit un papier critique sur le gouvernement marocain que nous avons publié – comme beaucoup d’autres journaux de chez nous d’ailleurs -.

LIRE AUSSI : La contestation citoyenne va crescendo au Maroc, le Makhzen rattrapé par ses démons

Croyant faire d’une pierre plusieurs coups, le journaliste algérien a voulu l’instrumentaliser, reprenant des passages pour s’en prendre au Maroc, faire feu de tout bois de nos articles, pourvu que ça fasse mal, et nous faire croire – plutôt à ses malheureux lecteurs – que cela provient de nous et donc de Marocains. Il n’y a plus qu’à tirer l’échelle ! Inventer une citation royale pour accréditer la thèse de la critique et faire croire que MAROC DIPLOMATIQUE en est le signataire est la preuve flagrante de la mauvaise foi et le pas que le site algérien a décidé de franchir.

Quand l'éthique fait défaut

Or faut-il vous rappeler M. Zafane, que votre nom figurait parmi les signataires de la pétition « L’éthique et la déontologie sont du ressort exclusif des journalistes » et qu’en rédigeant cet article, vous avez mis les deux pieds dans la même bottine? Faut-il rappeler à votre souvenir, vous qui vous êtes servi de mon article à la franquette, qu’en tant que journaliste, vous avez un fil à la patte et qu’il est de règle régie par l’honnêteté intellectuelle d’accompagner votre texte du lien de mon article au lieu de citer mes phrases passées au peigne fin en ôtant au lecteur son droit de juger? Je vous imagine vous frottant les mains de réjouissance malveillante à la lecture de mon article comme si vous déteniez un gros dossier. Sauf que pour placer le signet, vous croyiez insérer de façon inaperçue la phrase assassine composée par vos soins –Eh oui, vous en êtes à inventer des mots et des phrases !-  mais en la mettant toutefois entre guillemets laissant croire aux lecteurs que c’est moi qui l’ai écrite.  Toutefois, le devoir-être vous impose l’exactitude dans vos mentions, cher monsieur. ‘’Dans une tribune virulente publiée dans la dernière livraison de ce mensuel, Souad Mekkaoui a fait état « d’un ras-le-bol social qui risque de secouer le trône du jeune roi »’’. Aussi pensiez-vous tirer parti de mon article, tirer votre épingle du jeu et du coup tirer à boulets rouges sur la monarchie.

Je voudrais vous dire cher monsieur, vous qui vous êtes attaché à couper les cheveux en quatre, que quand on écrit, on doit avoir le courage de ses idées et ne pas avoir l’épiderme sensible. C’est un secret de polichinelle qu’un article qui contient ne serait-ce qu’un semblant de critique du Maroc, c’est de la balle pour vous. Vous ne cessez de nous tenir la jambe et vous croyiez avoir la bosse de vous fonder sur mon papier pour légitimer votre rancœur. Sauf que mon article est là pour grossir encore plus votre don pour l’affabulation et vous rabattre le caquet parce qu’il n’a jamais été question de Trône comme vous l’avez prétendu et parce que je n’ai pas bon dos.

A coup sûr, je reste dans la note avec ce que je dis et j’assume ce que j’écris mais jamais ce qu’on me fait dire. Sachez-le cher confrère, vous qui prenez un air entendu, que nul ne plaide par procuration. Votre mauvaise foi prend tournure mais vous oubliez que souffler n’est pas jouer et mentir pour un journaliste qui plus est un directeur de journal écaille sa crédibilité. Par acquit de conscience, vous ne deviez pas rajouter ces guillemets qui vous ont fait prendre le contrepied de votre démarche.

Détrompez-vous donc, vous avez beau vouloir tirer les marrons du feu, le Trône n’est et ne sera jamais fragilisé pour la seule raison que le Roi est en cheville avec le peuple quelles que soient les difficultés et que tous autant que nous sommes, nous sommes conscients que la stabilité du pays va de pair avec la monarchie que vous mettez au pilori à tous crins.

Aujourd’hui donc, après avoir eu la dent dure pendant de longues années, une certaine presse algérienne a les dents qui rayent le plancher. Pour exister et pour porter atteinte au Maroc, elle est prête à manger à tous les râteliers.

Quant à nous, nous dénonçons cette minable méthode de manipulation d’un pseudo journalisme concocté dans les officines du DSS. Nous ne cesserons jamais de renouveler notre fidélité à notre Roi et à la Monarchie, à notre patrie et à la vérité.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :