Le Maroc poursuit ses efforts pacifiques pour soutenir les droits des Palestiniens

Le Maroc poursuit ses efforts pacifiques pour soutenir les droits des Palestiniens

Le Royaume du Maroc, a réaffirmé, vendredi à Abu Dhabi, poursuivre ses efforts pacifiques pour soutenir les droits des Palestiniens sur la base des résolutions internationales et l’initiative de paix arabe.

Intervenant lors de la 46è session du Conseil des ministres des affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), la Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mme Mounia Boucetta a souligné que le Maroc dont SM le Roi Mohammed VI préside le Comité d’Al Qods, réaffirme sa détermination à poursuivre les efforts pacifiques pour soutenir les droits légitimes des Palestiniens sur la base des résolutions internationales et l’initiative de paix arabe pour parvenir à une solution de deux Etats pour l’édification d’un Etat de la Palestine viable, doté d’une souveraineté à part entière avec Al Qods est comme capitale.

Par ailleurs, Mme Boucetta a relevé que le respect de l’intégrité territoriale des Etats islamiques, la préservation de leur stabilité et sécurité et l’abstention de toute forme d’ingérence dans leurs affaires internes demeurent les axes principaux autour desquels s’articule l’action islamique conjointe.

Dans ce sens, la secrétaire d’Etat a affirmé l’entière disposition du Maroc à s’impliquer dans toute nouvelle dynamique de l’action islamique conjointe et à échanger ses expériences dans ce domaine au service de la Ouma islamique.

Elle a saisi cette occasion pour rappeler que le Maroc a abrité, le 25 septembre 1969, la réunion constitutive de l’Organisation de la coopération islamique, il y a 50 ans, pour le triomphe et la défense d’Al Qods et du peuple palestinien.

A cet égard, Mme Boucetta a salué le choix judicieux de l’intitulé “Cinquante année de coopération islamique : feuille de route de la prospérité” comme thème de cette session vu sa portée qui se remémore le bilan de cinq décennies d’efforts inlassables pour diriger l’action islamique commune vers davantage d’efficacité, le but étant de réaliser la prospérité économique et la stabilité sociale des peuples de la Ouma islamique.

L’évaluation de la situation actuelle, a-t-elle ajouté, a prouvé le besoin accru d’un nouveau modèle pour l’essor de la Ouma islamique qui dispose de toutes les conditions financières et morales pour occuper la place qui lui sied parmi les nations, notant que la Ouma islamique représente 24 pc de la population mondiale avec 1,79 milliard d’habitant dont 52 pc de jeunes et dispose de 29 pc des terres arables dans le monde, outre plus 50 pc des réserves mondiales de pétrole et du Gaz.

→Lire aussi: Le Maroc et la Palestine conviennent de renforcer leur coopération judiciaire

Mais en retour, a précisé Mme Boucetta, “la Oumma islamique est confrontée à des défis de taille liés à la sécurité, à la stabilité et à la création d’opportunités d’emplois, outre les défis inhérents à la réalisation du développement”.

Selon elle, l’élaboration d’une feuille de route “renouvelée” est susceptible de favoriser “un saut qualitatif pour notre action commune dont nous espérons que l’impact soit positif et palpable sur les indicateurs socio-économiques des pays islamiques”.

Cela requiert l’adoption d’une approche novatrice tenant compte des spécificités et des défis liés à l’ordre économique mondial en prenant en considération les expériences réussies en la matière, a-t-elle insisté.

Pour Mme Boucetta, “Investir dans la jeunesse est l’enjeu cardinal qui doit être au coeur des priorités que s’assignent les Etats islamiques”.

A l’ordre du jour de cette session, placée sous le thème “50 ans de coopération islamique : feuille de route pour la prospérité et le développement”, figure un éventail de questions politiques, économiques et sociales, ainsi que les défis auxquels le monde musulman est confronté.

Ce conclave de deux jours, qui coïncide avec le 50ème anniversaire de l’OCI, abordera également les derniers développements de la question palestinienne et le processus de paix au Moyen-Orient, outre les relations de coopération liant l’OCI et d’autres organisations régionales et internationales.

Un échange de vues aura lieu sur la coordination économique pour porter la coopération à un niveau supérieur entre les pays membres de l’OCI et concrétiser le thème de cette 46ème session.

Les ministres des affaires étrangères examineront également les moyens d’améliorer les possibilités de développement et la coopération en recherchant des opportunités permettant d’accélérer le développement économique.

Au cours de cette session, le Conseil des ministres des affaires étrangères envisage aussi de soutenir des initiatives visant à promouvoir la paix et la sécurité, à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme et à contrer l’exploitation de la religion et les discours de haine en inculquant les valeurs de modération et de tolérance.

Le Conseil examinera également les décisions relatives aux questions économiques, humanitaires, scientifiques, technologiques, informatiques, juridiques, réglementaires, relatives aux médias, administratives et financières, ainsi que le programme d’action de l’OCI-2025.

La délégation marocaine est composée notamment de Fouad Akhrif, directeur du Moyen-Orient, du Golfe et des organisations arabes et islamiques au ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Mohamed Aït Ouali, ambassadeur du Maroc à Abu Dhabi, Abderrahim Mouziane, chef de la division des organisations arabes et islamiques au ministère et Abdellah Babah, délégué adjoint permanent du Maroc auprès de l’OCI.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :