Le ministère algérien de la Défense dénonce la spoliation de fonds publics avec des “chiffres faramineux”

Le ministère algérien

Le ministère algérien de la Défense a annoncé, mardi, qu’il “détient des informations avérées concernant plusieurs dossiers lourds de corruption dévoilant des faits de spoliation des fonds publics avec des chiffres et des montants faramineux“.

Concernant la poursuite en justice de tous ceux impliqués dans le pillage du deniers publics et la dilapidation des richesses du pays, je voudrais indiquer que les services du ministère de la Défense Nationale détiennent des informations avérées concernant plusieurs dossiers lourds de corruption, dont je me suis enquis personnellement, dévoilant des faits de spoliation des fonds publics avec des chiffres et des montants faramineux“, a affirmé le chef d’Etat-major et vice-ministre algérien de la Défense, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah dans un discours prononcé lors d’une de l’une de ses visites sur le terrain.

Cité par l’agence de presse “APS“, il a indiqué que partant du souci profond de protéger l’économie algérienne, “les services de sécurité se sont chargés de mettre ces dossiers à la disposition de la justice pour les étudier et enquêter pour poursuivre tous ceux qui y sont impliqués”.

→ Lire aussi : “Algérie Part” : Le Directeur du service informatique du Palais d’El-Mouradia porté disparu dans des conditions troublantes


Le chef d’Etat-major a de même assuré que l’armée algérienne “demeurera vigilante, conformément aux revendications insistantes du peuple et de ce que lui confèrent la Constitution et les lois de la République, assumant sa responsabilité face à l’Histoire“.

Le Commandement de l’Armée Nationale Populaire a donné les garanties suffisantes et s’est engagé à accompagner la justice dans l’accomplissement de ses missions nobles et sensibles, après s’être affranchie de toutes les contraintes, pressions et diktats, loin de toute démarche sélective et conjoncturelle, sans exclure aucun dossier et en se gardant de toute mesures arbitraires ou de règlement de comptes”, a-t-il avancé en réponse aux critiques dénonçant une instrumentalisation de la justice par le pouvoir et une opération sélective.

Et d’ajouter que “l’opération n’est qu’à son début et que, par la grâce de Dieu, notre pays sera assaini définitivement de la corruption et des corrupteurs“.