Le MIT coupe ses liens avec les entreprises de technologie chinoises

Huawei

Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a rompu ses liens avec Huawei Technologies et ZTE Corp. Les autorités américaines enquêtent sur des entreprises chinoises pour violation de sanctions, a annoncé mercredi le journal.

Le MIT est la dernière institution éducative américaine à avoir débranché les équipements de télécommunication fabriqués par Huawei et d’autres entreprises chinoises afin d’éviter de perdre des financements fédéraux.

« MIT n’accepte pas de nouveaux engagements ou de renouveler ceux qui existent déjà avec Huawei et ZTE ou leurs filiales respectives en raison d’enquêtes fédérales concernant les violations des restrictions de sanction, » Maria Zuber, son vice – président pour la recherche, a déclaré dans une lettre sur son site Internet.

Les collaborations avec la Chine, la Russie et l’Arabie saoudite feront l’objet de procédures de réexamen administratif supplémentaires, a ajouté M. Zuber.

“L’institut reverra ses collaborations avec ces entités en fonction des circonstances”, a-t-elle déclaré.


L’université britannique d’Oxford a cessé d’accepter le financement de Huawei cette année.

“Nous sommes déçus par la décision du MIT, mais nous comprenons la pression qu’ils subissent en ce moment”, a déclaré Huawei jeudi, ajoutant qu’il démentait les allégations du gouvernement américain.

“Nous sommes convaincus que le système judiciaire américain aboutira finalement à la bonne conclusion”, a déclaré Huawei.

Pendant ce temps, ZTE n’a pas répondu à une demande de commentaire de Reuters.


→Lire aussi: El Jadida: Partenariat entre l’UCD et Huawei Technologies sur la digitalisation

Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei et fille de son fondateur, Ren Zhengfei, a été arrêté au Canada en décembre à la demande des États-Unis, accusé de fraude bancaire et par fil, en violation des sanctions américaines contre l’Iran.

Elle nie avoir mal agi.

Les sanctions américaines ont contraint ZTE à cesser ses activités entre avril et juillet de l’année dernière après que des responsables du département du Commerce eurent déclaré avoir rompu un pacte et se faire prendre illégalement en train d’expédier des marchandises d’origine américaine en Iran et en Corée du Nord. Les sanctions ont été levées après que ZTE ait payé 1,4 milliard de dollars d’amendes.


A Beijing, le ministère des Affaires étrangères a posé des questions aux deux sociétés, tout en précisant que les entreprises chinoises étaient tenues de respecter les lois locales.

“En même temps, nous demandons aux gouvernements des pays où ils sont basés de créer un environnement juste, équitable et non discriminatoire”, a déclaré son porte-parole, Geng Shuang, lors d’un point de presse jeudi.

Les fabricants chinois d’équipements de télécommunication font également face à un examen minutieux, avec à leur tête les États-Unis, alors que Beijing craignait d’utiliser leurs équipements pour espionner. Les entreprises ont toutefois déclaré que les préoccupations étaient sans fondement.

Avec Reuters.