Le mouvement de mutation des fonctionnaires issues des provinces du Sud tient compte de leur situation sociale

Convention entre l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) et le Ministère de la justice, paraphée par le Recteur de l’Institut, M.Ahmed Boukous et le Ministre de la Justice, M. Mohamed Ben Abdelkader. 24062020 – Rabat.

La gestion du mouvement de mutation des femmes fonctionnaires issues des provinces du sud a tenu compte, au premier chef, de leur situation sociale, a affirmé jeudi le ministère de la Justice.

Dans un communiqué, le département a souligné que la stabilité familiale et psychologique des fonctionnaires est prise en compte dans le mouvement, d’autant plus que les mutations vers les tribunaux des provinces du sud ont été gelées pendant des années.

Soucieux d’honorer son engagement pris dans ce dossier, le ministère de la Justice a donné une suite favorable à toutes les demandes déposées par ses femmes fonctionnaires en fonction de leur premier choix, a-t-il expliqué, précisant que ces mouvements seront effectifs dès l’arrivée de nouvelles recrues. Les résultats de la session normale du mouvement de mutation seront rendus publics dans les prochains jours, a-t-on ajouté.

S’agissant du dossier des avancements, le ministère de la Justice a été le premier département à statuer au sujet de l’avancement au choix au titre de l’exercice 2020, avec la participation des membres des commissions paritaires, selon les mêmes critères adoptés auparavant et dans plein respect de la loi, tout en garantissant les principes de transparence, de probité et d’égalité des chances.


D’autre part, le ministère a indiqué avoir entamé, l’année dernière, les procédures en vue de la régularisation de la situation administrative et financière des fonctionnaires ayant réussi les examens et les concours d’intégration au titre de l’année 2019, ainsi que toutes les situations relatives aux avancements d’échelon. Toutefois, ces régularisations ont été entravées par les conditions liées à la pandémie et les mesures prises par les autorités gouvernementales.

Les décisions préalablement approuvées seront à nouveau soumises aux services compétents dès la réception des crédits y afférents du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration.

Le ministère a en outre affirmé qu’il continuera à prendre les mesures administratives visant la valorisation de son capital humain et la préservation des droits de ses fonctionnaires, dans le respect des principes de transparence, de probité et d’égalité des chances lors du traitement de toutes les questions liées au secteur, au service de l’intérêt général.

Avec MAP