Le nouveau modèle de développement du Maroc présenté à Bordeaux devant la Convention Europe-Afrique du nord

Le nouveau modèle de développement du Maroc présenté à Bordeaux devant la Convention Europe-Afrique du nord

Le nouveau modèle de développement économique et social, en cours d'examen au Maroc, a été exposé, ce week-end, à Bordeaux (ouest de la France), par une délégation marocaine ayant pris part à la 16-ème édition de la Convention Europe-Afrique du nord.

Le modèle de développement à l’étude doit accorder la priorité à l’amélioration des revenus des citoyens, à la création de postes d’emplois et à la réduction des disparités sociales et territoriales, outre la réforme du système pédagogique et de la formation professionnelle et l’encouragement de l’apprentissage des langues, a affirmé M. Jaouad Kardoudi, président de l’Institut Marocain des Relations Internationales (IMRI), qui a présidé la délégation marocaine à cette rencontre.

Evoquant les fondements du modèle marocain de développement, M. Kardoudi a cité, dans une intervention à cette occasion, outre le développement économique, le marché intérieur et l’investissement public, les exportations et les investissements privés ainsi que la mise en oeuvre de la régionalisation avancée.

Ce modèle doit aussi accorder la priorité aux investissements dans les régions les moins développées et favoriser l’amélioration du pouvoir d’achat des classes moyennes, l’augmentation des salaires, l’allégement du fardeau fiscal et l’élargissement de la protection sociale, a-t-il souligné lors de cette rencontre, qui visait à rapprocher entre les points de vue des différents acteurs des pays participants et à faire émerger de nouveaux projets de collaboration à la fois verticale et horizontale.

Pour le président de l’IMRI, la réussite de ce modèle de développement doit impérativement s’accompagner du renforcement de la compétitivité de l’économie marocaine, de la réduction des impôts sur les entreprises, de l’amélioration de la gouvernance publique (numérisation), de la structuration du secteur informel et de la lutte contre la corruption.

Il a également mis l’accent, dans le même cadre, sur la nécessité d’encourager les auto-entreprises, d’accorder la priorité à une industrialisation favorisant la création de postes d’emplois permanents et d’assurer la cohésion entre les différents plans sectoriels (agriculture, pêche, énergies renouvelables, numérique, tourisme..), en plus de la consolidation des équilibres financiers à travers l’élargissement de l’assiette fiscale.

→Lire aussi: Le développement d’une culture entrepreneuriale favoriserait l’essor d’une génération confiante en ses capacités

Lors de l'ouverture de la première session de l'année législative 2017-2018, SM le Roi Mohammed VI avait appelé à une «réévaluation du modèle de développement national et à l’élaboration d’une nouvelle approche, centrée sur la satisfaction des besoins des citoyens, apte à réduire les disparités et les inégalités existantes, à instaurer la justice sociale et territoriale, à suivre, en les intégrant, les évolutions de l’environnement national et international».

M. Kardoudi avait passé en revue lors de la rencontre, qui a été marquée par l’intégration de l’Allemagne en tant que partenaire pour l’édition 2020 (Toulouse, 20-21 février), les différents projets, réformes et options économiques basés sur le libéralisme et l’économie de marché, adoptés par le Royaume depuis l’indépendance à nos jours.

Le président de la convention Europe-Afrique du nord, M. Mohamed Ouahdoudi avait déploré, pour sa part, lors de la séance inaugurale, la faible intégration économique des pays du Maghreb. Il a présenté, dans ce cadre, les dernières statistiques de l’Union maghrébine des patronats.

De son côté, M. Abdessamad Lamrani, directeur du développement social au ministère de la Solidarité, a passé en revue les différentes politiques menées par le Maroc dans le secteur de l’économie sociale et solidaire alors que M. Rachid Aouine, directeur du centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès, a développé l’idée de création d’un hub magrébin reliant sa région à celle de l’Oriental et aux pays voisins.

La Convention Europe-Afrique du nord, qui a été créée à Paris en 2002, s’est organisée lors de sa 16ème session en plusieurs conférences, expositions, rendez-vous d’affaires initiés par l’Association des réseaux économiques Europe-Afrique.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :