Le paiement mobile face au grand défi de la popularisation

paiement mobile

Au Maroc, le paiement mobile ou le M-paiement est sur de bons rails. Si les prérequis nécessaires à son déploiement sont bien au rendez-vous, sa popularisation est tout un autre défi à relever.

L’opérationnalisation optimale de ce nouveau moyen de paiement permettra de contribuer, sans nul doute, à l’accélération du chantier de l’inclusion financière au Maroc, de réduire la circulation du cash et de s’immerger, quoique progressivement, dans le monde de la fintech.

Paiement mobile, quelques chiffres-clé:

Tout d’abord, force est de relever que l’écosystème du paiement mobile commence à gagner en maturité, selon des chiffres fournis par Bank Al-MAghrib.

En effet, dans le cadre du suivi du déploiement du paiement mobile, il ressort d’un reporting remonté par le gestionnaire du Switch mobile, HPS, que 22 établissements, dont 14 établissements de paiement, sont actuellement connectés et opérationnels et 19 établissements ont homologué leur QR-Code pour l’acceptation des paiements au niveau des commerçants ainsi que pour les transferts de fonds de personne à personne.


A fin 2020, le nombre de “M-wallets” interopérables émis et déclarés à la table de correspondance est de 1,5 million. Le nombre d’opérations inter-opérées demeure encore faible pour un nombre d’opérations de près de 20.000.

Toutefois, le nombre de transactions réalisées en intra-établissements, sans recourir au switch, s’est élevé à 551.372 transactions, utilisées principalement pour des paiements de factures, ce qui est assez prometteur.

Le déploiement passe aussi par la sensibilisation

La réussite de ce projet reste tributaire de l’existence d’un réseau large, à la fois de commerçants acceptants et des agents détaillants, qui devraient faciliter aux porteurs des M-Wallets de payer leurs achats auprès des commerçants, transférer les fonds ou les retirer au niveau des agents de paiement habilités et ce, à bas coûts.


La partie enrôlement des commerçants représente, ainsi, une phase cruciale pour la réussite d’un écosystème digital de bout en bout.

Les établissements agrées sont en cours de recrutement de cette catégorie de clients qui nécessite un effort d’éducation, de sensibilisation et d’incitation pour l’acceptation de ce nouveau moyen de paiement.

En effet, et à l’instar de tout nouveau produit, l’adoption et la vulgarisation d’un usage nouveau lié à des habitudes de paiement peut appeler à la mise en place d’un certain nombre de mesures dont l’objectif est non seulement de lever les craintes ou les réticences des utilisateurs mais aussi d’encourager ces derniers à privilégier ce mode de paiement.

Les incitations de la Banque centrale


Bank Al Maghrib a mis en place, dès le début de la crise sanitaire, des mesures spécifiques visant à accélérer l’adoption du paiement mobile notamment par l’autorisation des banques et des établissements de paiement à procéder à l’ouverture de comptes à distance pour la clientèle des personnes physiques, l’allégement de l’ouverture de comptes de paiement de niveau 2 (plafonné à 5.000 Dhs) en limitant les démarches à la fourniture du numéro de téléphone et de la CIN numérisée.

En guise de mesures, la Banque centrale a également procédé à l’assouplissement des documents requis pour l’enrôlement des commerçants de proximité pour l’acceptation du paiement mobile à la CIN et au numéro de la patente pour les personnes physiques non inscrites au registre de commerce.

De même, une stratégie de communication institutionnelle a été définie par Bank Al-Maghrib, en collaboration avec le Groupement de paiement mobile Maroc (GP2M) et dont la mise en œuvre est en cours.

Parallèlement, et depuis 2019, Bank Al-Maghrib a soumis un ensemble de mesures d’incitations au gouvernement, afférentes notamment à la mise en place d’incitations fiscales pour les commerçants de proximité acceptants le paiement mobile, maillon central de ce nouvel écosystème.


C’est ainsi qu’au titre de la Loi de finances rectificative de 2020, une exonération fiscale totale de la base imposable pour les commerçants de proximité sur le chiffre d’affaires réalisé par téléphonie mobile a été adoptée.

En outre, Bank Al Maghrib a rappelé et insisté, dans le cadre des travaux de mise en place de la Stratégie nationale d’inclusion financière, sur la nécessité pour les autorités gouvernementales de renforcer la dématérialisation des aides de l’Etat et d’accélérer la mise en place d’opérations pilotes et d’incitations fortes visant une adoption large et rapide de ce nouveau moyen de paiement, en plus des actions entreprises par les acteurs privés eux-mêmes.

C’est dans ce cadre qu’un protocole d’accord visant la digitalisation du paiement des aides scolaires dans le cadre du programme “TAYSSIR” en s’appuyant sur le paiement mobile a été signé.

Cette opération se déroulera dans une première phase au niveau des quatre sites pilotes (Fès, Meknés, Benguerir et Azilal) avant d’être généralisée à l’ensemble des régions du Royaume.


Les ménages bénéficiaires de ces bourses scolaires, qui recevront les fonds au niveau de leurs comptes ouverts auprès des établissements de paiement ou bancaires, pourront les utiliser pour l’achat de biens et services, via le paiement mobile, auprès des commerçants de proximité, ou les retirer, le cas échéant, auprès des guichets de ces établissements.

( Avec MAP )