Les Etats-unis réduisent leurs troupes en Afrique pour se concentrer sur la Chine et la Russie

Le Pentagone

L’armée américaine retirera des centaines de soldats concentrés sur des opérations de lutte contre le terrorisme en Afrique au cours des prochaines années, afin d’appuyer l’attention croissante du Pentagone sur la lutte contre les menaces de la Chine et de la Russie, ont annoncé jeudi des responsables.

En début d’année, l’armée américaine a placé la lutte contre la Chine et la Russie au centre d’une nouvelle stratégie de défense nationale, dernier signe de changement de priorités après plus de quinze ans d’attention concentrée sur la lutte contre les militants islamistes.

“Ce réalignement prévoit spécifiquement de réduire les forces d’environ 10% au cours des prochaines années – ce qui représente une fraction des 7 200 membres du Département de la Défense en poste en Afrique”, a déclaré le commandant Candice Tresch, porte-parole du Pentagone.

Tresch a ajouté que ces coupes laisseraient les « opérations de représailles violentes des organisations extrémistes » et leurs activités largement intactes dans plusieurs pays, notamment la Somalie, Djibouti et la Libye.

Dans d’autres parties de la région, y compris en Afrique de l’Ouest, l’accent serait mis sur «l’assistance tactique au lieu de conseiller, d’aider, de mettre en relation et de partager des renseignements».


Un responsable américain, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que la réduction des troupes se ferait probablement sur trois ans et pourrait inclure des pays comme le Kenya, le Cameroun et le Mali.

Le rôle militaire des États-Unis sur le continent africain a fait l’objet d’une attention accrue à la suite d’une embuscade organisée l’an dernier au Niger par un affilié local de l’État islamique, qui a tué quatre soldats américains.

→Lire aussi: Le Pentagone prévoit d’augmenter le financement de ses opérations en Afrique du nord

Le Pentagone s’inquiète de la résurgence croissante de la Russie, qui a fait preuve de puissance militaire dans des conflits comme ceux de l’Ukraine et de la Syrie. Le Pentagone se concentre également de plus en plus sur l’affirmation croissante de la Chine dans des régions telles que la mer de Chine méridionale.


Le mouvement du Pentagone intervient alors que la Chine et la Russie cherchent à accroître leur influence en Afrique.

Pendant la guerre froide, l’Union soviétique a noué des relations militaires et diplomatiques étroites avec de nombreux pays africains. La Russie essaie maintenant de faire revivre certaines des relations qui se sont effondrées après l’effondrement de l’Union soviétique.

Depuis que les pays occidentaux ont sanctionné l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, Moscou a signé 19 accords de coopération militaire en Afrique subsaharienne, notamment avec l’Ethiopie, le Nigeria et le Zimbabwe, selon ses ministères des Affaires étrangères et de la Défense, et les médias officiels.

La Chine a longtemps eu une présence économique majeure en Afrique, mais a fui l’implication militaire. Cependant, l’année dernière, celle-ci a franchi une étape supplémentaire en ouvrant sa première base militaire, en dehors de la Chine, à Djibouti.


Un rapport émanant d’anciens responsables américains et rendu public par le Congrès, publié plus tôt cette semaine, indiquait que l’armée ne disposait pas de ressources suffisantes pour subvenir à ses besoins et aux objectifs fixés par le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, au début cette année.

Par ailleurs, l’armée a annoncé jeudi que deux soldats de la marine américaine et deux Marines avaient été inculpés pour la mort d’un béret vert de l’armée au Mali en 2017. Les chefs d’accusation accusent les troupes d’avoir pénétré dans la chambre du sergent d’état-major Logan Melgar, en l’attachant avec du ruban adhésif et de l’avoir étranglé.

Abdellah Chbani avec Reuters