Le port de Dakhla Atlantique pourrait devenir une plaque tournante des échanges avec l’Afrique de l’Ouest

Le port de Dakhla Atlantique pourrait devenir une plaque tournante des échanges avec l’Afrique de l’Ouest

Le ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, a souligné, mardi, que le port de Dakhla Atlantique pourrait devenir une plaque tournante des relations et des échanges avec la région de l’Afrique de l’Ouest.

"Le rayonnement du port ne se limitera pas seulement aux provinces du Sud, mais englobera aussi les pays voisins, notamment de l'Afrique de l’Ouest, et l’Amérique Latine dans l’avenir", a déclaré à la presse Amara, en marge de sa visite au site du port de Dakhla Atlantique, accompagné du gouverneur de la province d'Aousserd, Abderrahaman El Jaouhari, et d’un nombre d’élus.

Les études en cours de ce projet structurant (situé à 70 km de la ville) ont atteint un taux d’avancement de 60%, a fait savoir le ministre, notant qu’il s’agit d’un grand port de commerce et de pêche qui aura des retombées socioéconomiques éminentes sur la province de Dakhla, ainsi que sur toute la région.

Le démarrage des travaux est prévu au cours de l’année 2019, a-t-il relevé, ajoutant que ce port disposera de plusieurs zones industrielles et logistiques phares.

Par ailleurs, Amara s’est informé de l’état d’avancement des travaux de réalisation de deux tronçons de la route Laâyoune-Dakhla.

→ Lire aussi : Province de Boujdour: Amara visite le chantier de réalisation d’un tronçon de la route Laâyoune-Dakhla

La réalisation de ces chantiers fait partie d’un projet global d’aménagement de la Route Nationale N°1 entre Tiznit et Dakhla, qui s’inscrit dans le cadre des programmes intégrés de développement des provinces du Sud, lancés par SM le Roi Mohammed VI, à l’occasion de la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte.

Ce projet concerne le dédoublement de la Route Nationale N°1 entre Tiznit et Laâyoune sur une longueur de 555 km, ainsi que le renforcement et l’élargissement de la route, jusqu’à 9 mètres, entre Laâyoune et Dakhla sur une longueur de 500 km pour un coût global de 8.5 milliards de dirhams.

Il s’inscrit dans le cadre d’une convention de partenariat entre le ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie et des finances, la région de Laayoune-Sakia El Hamra, la région de Guelmim-Oued Noun, la région de Dakhla-Oued Eddahab et la région de Souss Massa.

Ainsi, le ministre a effectué une visite technique au chantier de réalisation du tronçon reliant les points kilométriques 1877 à 1921 sur environ 45 km (province de Oued Eddahab).

Il s’est informé également de l’état d’avancement des travaux de réalisation de la pénétrante de la ville de Dakhla sur 34 km.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :