A LA UNEMonde

Le premier ministre suédois, Stefan Löfven, annonce sa démission

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven a annoncé sa démission lundi, ouvrant ainsi la voie à des pourparlers entre les différents partis politiques pour la formation d’un nouveau gouvernement.

« C’est la décision politique la plus difficile que j’ai prise », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse annonçant sa décision.

Sous le coup d’un vote de défiance perdu la semaine dernière, M. Löfven (63 ans) avait un délai jusqu’à minuit pour décider entre la démission et la convocation de nouvelles élections législatives anticipées.

La crise politique a éclaté lorsque le Parti de gauche, qui a soutenu le gouvernement au Parlement, s’est dit prêt à soutenir une motion de censure contre le Premier ministre, quitte à faire chambre commune avec des partis de droite et même d’extrême-droite, en l’occurrence les Démocrates suédois (formation populiste, eurosceptique et anti-immigration).

Le dirigeant social-démocrate est devenu le premier chef de gouvernement suédois à avoir perdu un vote de confiance depuis 1958.

M. Löfven a déclaré que sa priorité était de faire le choix qui était « dans le meilleur intérêt de la Suède« , et que cela signifiait ne pas convoquer d’élections anticipées pendant la pandémie de Covid-19 en cours.

La démission de Löfven déclenche une soi-disant talmansrunda (littéralement « tournée des orateurs »), une série de pourparlers entre le président du parlement et les dirigeants des partis politiques suédois visant à trouver un gouvernement pouvant disposer d’une majorité parlementaire.

Cela pourrait voir le social-démocrate reprendre son travail, ou céder son poste à un membre de l’opposition s’il parvient à former sa propre majorité.

Si les pourparlers échouent, de nouvelles élections seront finalement nécessaires.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page