A LA UNEMonde

Le président colombien sort indemne d’une attaque contre son hélicoptère

Le président de la Colombie, Iván Duque, et ses ministres de l’Intérieur et de la Défense sont sortis indemnes, vendredi, d’une attaque contre son hélicoptère présidentiel, qui a été touché à plusieurs reprises à l’approche de la ville de Cúcuta, à la frontière avec le Venezuela.

L’hélicoptère, un Sikorsky UH-60 Black Hawk de l’armée de l’air colombienne (FAC), a reçu six balles dans ce que Duque lui-même a qualifié d'”attaque lâche”, mais a pu atterrir avec ses occupants en toute sécurité à l’aéroport international de Camilo Daza, dans le département de Norte de Santander (nord-est).

“Tant le dispositif aérien que la capacité de l’avion ont empêché que quelque chose de mortel se produise. La vérité est qu’il s’agit d’une attaque lâche, où des traces de balles sont observées sur l’appareil présidentiel”, a déclaré le président.

Duque s’était rendu à Sardinata, une ville située dans la région troublée de Catatumbo, avec ses ministres de l’Intérieur, Daniel Palacios, et de la Défense, Diego Molano, ainsi qu’avec le gouverneur de Norte de Santander, Silvano Serrano, pour une activité gouvernementale. L’attaque s’est produite alors qu’ils retournaient à Cúcuta (capitale du département), d’où ils allaient regagner Bogotá.

Dans des vidéos apparemment enregistrées dans des quartiers de la périphérie de Cúcuta et publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir comment un hélicoptère survole la zone à basse altitude et des coups de feu sont entendus pendant au moins 15 secondes.

“Après avoir honoré un engagement à Sardinata, dans le Catatumbo colombien, et en approchant pour atterrir dans la ville de Cúcuta, l’hélicoptère présidentiel a été victime d’un attentat”, a souligné le président.

Jusqu’à présent, l’attaque, perpétrée dans une région où prolifèrent différents groupes armés illégaux, n’a pas été revendiquée.

La région de Catatumbo, qui couvre 10.089 kilomètres carrés, principalement de jungle, forme la frontière avec le Venezuela et est composée de onze municipalités où s’activent les guérilleros de l’Armée de libération nationale (ELN), les dissidents des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), l’Armée populaire de libération (EPL) et les gangs de la drogue.

Il y a à peine dix jours, un attentat à la voiture piégée, qualifié de terroriste par le gouvernement, a fait 36 blessés au siège de la 30e brigade de l’armée à Cúcuta, où se trouvaient également des militaires américains.

L’attaque contre le président a été immédiatement condamnée même par les opposants à Duque, ainsi que par les organisations internationales et les institutions démocratiques colombiennes.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a exprimé sa condamnation de l’attaque contre le président et ses ministres, tout comme l’ambassade américaine à Bogotá et d’autres pays de la région.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page