Le président de Diwan Al Madhalim de l’Arabie Saoudite salue l’expérience judiciaire marocaine

l'Arabie Saoudite

Le président de Diwan Al Madhalim de l’Arabie Saoudite, Khalid Bin Mohammed Al-Youssef, a salué lundi à Rabat l’expérience judiciaire marocaine et le modèle de réforme consacré par le Royaume.

Dans une déclaration à la MAP en marge de ses entretiens avec le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire Mustafa Fares, le responsable judiciaire saoudien a exprimé la volonté de son pays de mettre en œuvre des programmes d’action et de coordination concernant les différentes questions d’intérêt commun.

Al-Youssef a également fait savoir que sa visite au Maroc, à la tête d’une délégation de haut niveau, vient donner une nouvelle impulsion à la dynamique de la coopération stratégique entre les deux royaumes, mais aussi tirer parti du modèle de réforme marocain.

Pour sa part, Fares s’est félicité des relations historiques entre le Maroc et l’Arabie Saoudite, mettant l’accent sur les dénominateurs communs qui unissent les deux pays et “qui doivent servir à la construction d’un véritable partenariat dans le domaine du développement de la justice“.

→ Lire aussi : Le Maroc et l’Arabie Saoudite examinent les moyens de consolider la coopération judiciaire


Il a dans ce contexte fait un exposé sur l’expérience marocaine en matière de réforme du système judiciaire ainsi que sur les étapes importantes franchies en matière de consécration de l’indépendance du pouvoir judiciaire en tant que gage d’une meilleure qualité des services rendus aux justiciables dans un cadre empreint d’efficience et de bonne gouvernance, citant les décisions et principes les plus importants de la Cour de cassation en lien avec la protection des droits et libertés, ainsi que les divers mécanismes adoptés pour la promotion de la culture des droits humains.

Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a par ailleurs relevé que la mondialisation et le développement rapide des relations et des échanges à travers le monde exigent une coordination accrue entre les États et les institutions judiciaires, afin d’élaborer un plan d’action commun à même d’apporter des solutions aux questions de portée commune, notamment dans les domaines social, de l’investissement, de la sécurité et des droits.

Fares a par la même occasion offert un bouclier commémoratif à la délégation saoudienne ainsi qu’un certain nombre de publications de la Cour de cassation, dont l’ouvrage relatif au colloque national “L’unité du Royaume à travers la justice“.