Le Prix Grand Atlas décerné à l’écrivain Ahmed Boukous et aux traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf

Par Saad Bouzrou

Organisé au Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain et initié par l’ambassade de France au Maroc, le Prix Grand Atlas dans sa 25ème édition, a été remis lors d’une cérémonie organisée, jeudi 14 février soir à Rabat, à l’écrivain Ahmed Boukous ainsi qu’aux traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf.  

Après un bel hommage placé sous le signe de la reconnaissance au grand écrivain français Michel Deguy et traduit par la lecture de quelques extraits de ses poèmes, « Donnant, donnant » et « comme si comme ça », le jury du prix grand atlas a décerné deux prix ex aequo aux traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf pour leur traduction de « la matière de l’absence » de l’écrivain français Patrick Chamoiseau pour le premier, et de « l’écriture du désastre » de l’écrivain français Maurice Blanchot pour le deuxième.

→Lire aussi : Cérémonie de Remise du Prix Grand Atlas 2019 prévue le jeudi 14 février à Rabat

Le prix de la fiction a été attribué au linguiste et sociologue marocain, Ahmed Boukous pour son roman « Rhapsodies de Tanit la captive ». Ce livre est un fragment d’une vie de Tanit. Il se déroule en périodes tantôt embaumées de l’arôme enivrant du basilic et tantôt imprégnées de la saveur amère du laurier, en suivant le douloureux cheminement de l’héroïne vers la délivrance des zélotes qui harcèlent, intimident, menacent et agressent les êtres épris de liberté.

La philosophe Barbara Cassin a été la présidente du jury de cette vingt-cinquième édition du Prix Grand Atlas. Elle était entourée de personnalités françaises et marocaines suivantes : Frédéric Lagrange, professeur des Universités et spécialiste de la traduction de l’arabe, Zakia Sinaceur, chercheur et spécialiste de la traduction, Abdesslam Benabdelali, philosophe et traducteur, Sanaa Ghouati, universitaire, Miriam Diouri, libraire et enfin Nezha Lakhal, conteuse, musicienne et auteure.