Le programme CleanFarms peine à démarrer

 

Les pesticides sont partout, surtout dans nos assiettes via nos légumes et fruits que nous consommons.  C’est dans cette optique qu’un protocole d’entente  a été signé entre CropLife Internationale et le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime représenté par l’Office National de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Ce dernier a mis en œuvre, depuis le 06 octobre 2015, le programme CleanFARMS Maroc dont l’objectif est d’identifier les pesticides obsolètes et indésirables existant au Maroc en vue de trouver des solutions adéquates pour les éliminer.

630 tonnes de pesticides périmés sont à supprimer d’ici 2018, mais le projet d’élimination de ces derniers, a du mal à démarrer un an après son lancement, car le but est « d’évaluer les actions menées et celles à réaliser d’ici 2018», signale l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (Onssa) dans un communiqué.

Le projet vise également, la destruction de 800 autres emballages contaminés sur les quatre prochaines années.

Depuis plusieurs décennies, la coopération entre le Maroc et la FAO se renforce à travers des programmes et des projets bilatéraux et internationaux conçus pour le développement agricole, la protection de l’environnement et l’atténuation des effets des changements climatiques.


A noter également, qu’il y a actuellement 500 000 tonnes de pesticides périmés éparpillées dans le monde. Ces produits chimiques toxiques, souvent stockés à l’air libre et dans des conteneurs percés, s’infiltrent dans le sol et l’eau.

Dans l’optique d’un développement durable, éliminer ces stocks dangereux est une priorité et les communautés rurales ne peuvent espérer se développer si leur sol et leur eau sont contaminés par des pesticides.