Le projet MENARA d’Al Akhawayn clôturé à Rabat

L’Université Al Akhawayn à Ifrane a organisé, le 21 février 2019, la conférence de clôture du Projet Européen Horizons 2020 relatif à l’architecture stratégique en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (MENARA). Cet évènement a connu la participation des représentants de la Commission européenne qui sont venus spécialement de Bruxelles ainsi que des membres de la Délégation européenne à Rabat. Ont pris également part à cette rencontre, des responsables des représentations diplomatiques des pays européens, des officiels des institutions marocaines ainsi que de nombreux chercheurs et académiciens.

Financé par l’UE, le projet MENARA a pour objectif d’analyser les problèmes géopolitiques et sécuritaires en Afrique et au Moyen-Orient et leur impact sur la coopération avec l’UE et la stabilité régionale, a indiqué son coordinateur régional, le vice-président aux affaires académiques à l’université Al Akhawayn, Nizar Messari, pendant la conférence de clôture qui a duré près de 7 heures.

En concert avec ses partenaires européens, l’équipe de recherche de l’université marocaine a mené une série d’études dans les zones d’Afrique du nord et du Sahel, portant sur les domaines de la sécurité, le trafic en tout genre, l’immigration illégale, ainsi que l’extrémisme violent dans le Sahel, a rappelé le président de l’Université Al Akhawayn, Driss Ouaouicha, précisant que le projet est l’aboutissement d’un long processus de coordination et de coopération avec 14 centres de recherches de renommée internationale.

→Lire aussi : Ifrane : Des étudiants de l’université Al Akhawayn simulent le modèle onusien

Lors de cette conférence, une multitude de chercheurs, académiciens, experts et diplomates ont donné leurs conclusions en rapport avec les changements géopolitiques, l’ordre régional et les transformations nationales. En outre, ils ont identifié les risques majeurs qui menacent la région MENA, mis en lumière la dynamique ascendante et évalué L’UE et ses politiques en rapport avec la région.


L’Afrique du Nord en transition, les perspectives de la sécurité au Maroc et la violence politique en Afrique du Nord et au Sahel ont été les trois grands panels de la conférence, abordés avec un éclairage exhaustif et interactif qui a porté sur plus de onze thématiques différentes.

En plus de sa vocation académique, ce projet de recherche qui a démarré en 2012 et adopté par l’UE en 2015, vise également à faciliter la coopération entre une vingtaine d’universités et de centres de recherches internationaux, dont la London School of Economics (LES), l’Institute of Florence et le CIDOB de Barcelone et la European University.