A LA UNEEconomie

Le repositionnement du tourisme comme secteur stratégique contribuera à la réussite de la régionalisation au Maroc

Le repositionnement du tourisme comme secteur stratégique est susceptible de contribuer à la réussite de la régionalisation au Maroc, a affirmé, mercredi à Rabat, le président du Conseil du développement et de la solidarité (CDS), Mohamed Benamour.

Intervenant lors du Symposium international du tourisme, organisé par le CDS, un think-tank indépendant, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), M. Benamour a souligné la nécessité de repositionner le tourisme comme secteur stratégique à même de permettra l’amélioration de la politique d’aménagement du territoire et la réussite du plan de régionalisation, en suscitant la naissance d’écosystèmes industriels et en favorisant la production locale de biens d’équipement via les activités touristiques et l’hôtellerie.

Le repositionnement du secteur touristique contribuera à la promotion des technologies de l’information et à la réduction de la fracture numérique, en plus d’apporter, vu la diversité des métiers qu’il propose, des réponses en termes d’apprentissage et d’acquisition de compétences pour les jeunes dans les différentes régions du Royaume, a-t-il suggéré, rappelant que le chômage des jeunes représente un défi socio-économique majeur pour le Maroc.

>>Lire aussi : Le Maroc peut se positionner comme une destination leader du tourisme d’affaires

De même, M. Benamour a noté qu’une gouvernance appropriée et efficiente ferait du tourisme le pivot d’une politique d’insertion des jeunes marocains et le levier de création d’activités connexes dans toutes les régions du Royaume.

“Cette nouvelle rencontre sur le secteur illustre notre volonté et la nécessité d’affirmer que de nouveaux événements nous imposent de mieux orienter nos actions et réévaluer notre démarche et notre vision du partenariat public-privé”, a indiqué le président du CDS, soulignant, à cet égard, les défis multiples qui peuvent déstabiliser le secteur et remettre en cause sa trajectoire, à savoir les nouvelles formes de concurrence, les perturbations et les menaces extra-économiques, l’émergence de “l’économie de l’expérience” et ses supports technologiques et numériques, ainsi que les défis écologiques et ses implications pour le Maroc.

Organisé dans le cadre des conférences annuelles du CDS, le Symposium international sur le tourisme a connu la participation d’un parterre de personnalités et de professionnels marocains et étrangers qui ont essayé de mettre en lumière le secteur du tourisme comme vecteur du rayonnement du Maroc, ainsi que son rôle comme levier d’une croissance forte et inclusive.

Parmi les personnalités présentes à cette rencontre figurent le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, le président du Conseil de la région de Casablanca-Settat, Mustapha Bakkoury, la présidente de la CGEM, Meriem Bensaleh-Chaqroun et l’ancien ministre du tourisme français, Luc Chatel.

Les panélistes se sont penchés sur l’examen de l’offre touristique marocaine face aux mutations du secteur, les enjeux de la digitalisation du secteur touristique au Maroc et la mise en lumière du secteur du tourisme comme vecteur du rayonnement du Maroc, ainsi que son rôle comme levier d’une croissance forte et inclusive.

Le Conseil du développement et de la solidarité, un think-tank indépendant voué à la réflexion et à la réforme, constitue une force de proposition, à travers des programmes et des mesures opérationnelles pour favoriser l’émergence d’un modèle de développement inclusif au Maroc. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page