Le Sénat américain adopte une résolution pour limiter l’action militaire de Trump

Trump

Le Sénat américain a approuvé jeudi une résolution pour limiter la capacité du président Donald Trump d’entrer en guerre avec l’Iran, laissant présager un veto présidentiel contre ce projet de loi.

55 sénateurs, dont 8 Républicains, ont voté en faveur de cette résolution. Une majorité des deux tiers est nécessaire pour passer outre un veto présidentiel.

Les sénateurs républicains qui ont soutenu la résolution ont fait valoir qu’il s’agissait de recouvrer une partie de l’autorité d’entrer en guerre que le Congrès avait cédée à l’exécutif au cours des dernières décennies, insistant qu’il ne s’agissait pas d’une action dirigée contre le Locataire de la Maison Blanche.

Cela n’a rien à voir avec la présidence (…) Il s’agit de la bonne répartition du pouvoir entre les trois branches du gouvernement“, a déclaré à la presse, à l’issue du vote, le sénateur républicain Mile Lee. “Le Congrès a cessé d’être dans le siège du conducteur des déclarations de guerre.

M. Lee a ajouté qu’il était un “grand partisan du président” et que voter en faveur de la résolution revenait à “soutenir le président Trump dans sa politique étrangère et ses efforts pour s’assurer que nous ne nous engageons pas trop facilement, trop rapidement et d’une manière inconstitutionnelle dans toute guerre.

Le sénateur démocrate de Virginie, Tim Kaine, a mené la charge au sujet de la résolution, qui interdirait au président d’ordonner de nouvelles frappes militaires contre l’Iran. Toutefois, le projet de loi permettrait encore au président d’ordonner des attaques en cas de légitime défense face à une menace imminente.

Il est important de réaffirmer le rôle de la branche législative quel que soit le parti qui occupe la Maison Blanche“, a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins , ajoutant que la résolution était “bien nécessaire et attendue depuis longtemps“.

Cette décision intervient plus d’une semaine après que le Sénat ait acquitté le président Trump dans un procès en destitution hautement partisan. La résolution sur les pouvoirs de guerre a été déposée avant le début du procès, à la suite de l’escalade des tensions avec l’Iran.