Le “Village du Maroc”, un bout du Maroc en Angola

Forum panafricain pour la Culture de la paix

Par Laïla EL ALAMI

Il suffit de s’engager dans la “Marginal” de Luanda pour voir apparaître l’immense chapiteau qui abrite le “Village du Maroc”, installé sur la promenade de la capitale angolaise, en marge de la première édition de la Biennale de Luanda -Forum panafricain pour la Culture de la paix.

Longeant l’une des artères les plus empruntées de la ville, le “Village du Maroc” a été pensé dans l’objectif de réunir les Marocains de la diaspora à Luanda et promouvoir la culture marocaine en Angola.

Mais pas seulement. Car comme l’a indiqué, jeudi dans une déclaration à la presse, l’ambassadeur du Royaume du Maroc en Angola, Mme Saâdia El Alaoui : “Luanda, c’est le cœur de l’Afrique australe et du monde lusophone”.

Et c’est donc pour faire découvrir la culture et les multiples facettes du Maroc à toute cette Afrique australe représentée à la Biennale, que se tient le “Village du Maroc”, a expliqué Mme El Alaoui, réjouie par la présence nombreuse de personnalités politiques et artistiques venues assister à cette manifestation.


Venus également retrouver un bout de leur Maroc natal, les Marocains de Luanda qui, d’après l’ambassadeur du Maroc en Angola “ne dépasseraient une trentaine”, majoritairement des expatriés travaillant dans des multinationales ou dans des entreprises angolaises, alors qu’en Namibie, pays qu’elle couvre aussi, l’on compterait une dizaine seulement.

“Ils sont à nos côtés et nous sommes une famille ici”, a-t-elle dit à ce propos.

Organisé en stands d’exposition et d’ateliers des métiers de l’artisanat marocain, le “Village du Maroc” a été marqué, pour sa soirée d’ouverture, par le défilé de mode de la styliste marocaine Samira Haddouchi, conçu spécialement pour cet événement.

“Je voulais surtout combiner deux cultures”, a affirmé Mme Haddouchi, “en mêlant le caftan traditionnel qui reflète la nôtre, à ce que je pouvais faire ressortir de la culture angolaise et luandaise plus particulièrement”.


Avec, de long en large, des stands d’exposition et d’ateliers des métiers de l’artisanat marocain, œuvre de La Maison de l’Artisan, relevant du ministère du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, le village a réussi à transposer le patrimoine marocain jusqu’à Luanda, aussi bien en couleurs, qu’en saveurs.

Organisé en marge de la Biennale de Luanda -Forum panafricain pour la Culture de la paix, le “Village du Maroc”, qui vient s’ajouter au stand marocain exposé à la “Forteresse de São Miguel”, troisième axe de la Biennale, permet au Royaume de marquer davantage sa présence en Afrique, tout en développant son rayonnement culturel.