L’entrée du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA consacre le rôle reconnu au Royaume en tant que force de paix dans le continent

L'entrée du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA consacre le rôle reconnu au Royaume en tant que force de paix dans le continent

 L’entrée du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africain (UA) consacre le rôle reconnu au Royaume en tant que force de paix dans le continent et sa capacité d’intégration au sein des institutions africaines, a indiqué, mercredi à Rabat, le Président fondateur du Centre indépendant de recherches et d’initiatives pour le dialogue (CIRID), Déo Hakizimana, en visite de travail dans le Royaume.

S’exprimant lors d’une réunion de travail de l’Académie du Royaume du Maroc et du CIRID, dédiée à l’élaboration d’une feuille de route pour un plan d’action commun entre les deux parties, M. Hakizimana s’est félicité des initiatives entreprises par le Maroc pour encourager le dialogue politique et social en Afrique, et promouvoir l’esprit d’écoute et de tolérance mutuelle favorable à la résolution pacifique des conflits.

Tout en saluant le rôle actif de SM le Roi Mohammed VI “Membre Imminent du comité d’honneur du prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique”, dans la sauvegarde du dialogue et la restauration de la paix dans le continent africain, M. Hakizimana a souligné que l’adhésion du Royaume à cette institution panafricaine a constitué “une avancée spectaculaire”, dans la mesure où elle bénéficiera “sans doute”, au continent en termes de mobilisation de lutte contre les conflits et exactions et de sauvegarde de la paix et la sécurité.

Le président du CIRID a, par la même, indiqué que le retour du Maroc à l’Union Africaine “représente pour l’ensemble des pays africains un moment particulier” eu égard à son expérience, sa capacité d’innovation et sa stabilité, autant d’atouts qui favorisent la bonne gestion des situations conflictuelles moyennant des ressources purement africaines.


“Nous allons aborder le suivi des actions que nous avons prévu avec cette prestigieuse Académie du Royaume du Maroc, à travers, notamment, le développement d’un plan de partenariat prévu entre les deux institutions et pour échanger sur les activités concrètes que nous allons réaliser ensemble au profit de la coopération maroco-africaine”, a poursuit le président du CIRID, rappelant la volonté du Centre d’élargir et d’assurer le suivi de toutes les actions et propositions formulées avec l’Académie du Royaume lors de la dernière visite.

>>Lire aussi : Adhésion à la CEDEAO : Le Maroc est plus intéressé par une logique d’investissement

Pour sa part Rahma Bourqia, membre de l’Académie du Royaume du Maroc, a relevé que cette visite, la deuxième effectuée par le Centre à l’académie, devra permettre de concrétiser de futures relations de coopération entre les deux parties. Elle a souligné que la rencontre a été l’occasion, pour les deux parties, de se pencher sur le futur partenariat entre la Fondation de l’Académie du Royaume pour la Coopération culturelle et le CIRID, et d’évaluer la première édition du Prix Macky Sall pour le Dialogue en Afrique, en perspective à une présidence marocaine de l’édition 2018.

Le prix Macky Sall pour le dialogue, dont SM le Roi Mohammed VI est un éminent membre de son Comité d’honneur aux côtés du Président de la République de Côte d’Ivoire, M. Alassane Ouattara et de l’ancien Secrétaire de la Francophonie et ancien président du Sénégal, M. Abdou Diouf, a été institué le 2 juin 2016 à Genève, à l’initiative du CIRID, en présence du président de la République du Sénégal.


Doté d’une enveloppe de 50 000 euros, il est décerné, chaque année, à une personnalité africaine lors d’une cérémonie officielle se déroulant à Genève. Le CIRID est une organisation non gouvernementale africaine et internationale, à but non lucratif, fondée à Genève en 1996 et jouissant d’un statut consultatif auprès des Nations-unies. Il s’intéresse principalement aux questions liées à la consolidation de la paix, aux migrations internationales et leur rôle économique, ainsi qu’au développement durable et solidaire.