Les aides médicales marocaines rompent avec le “paradigme de l’intérêt” en ces temps de crise

aides médicales

A travers son initiative d’envoyer des aides médicales à la Côte d’Ivoire et à plusieurs pays africains en ces temps du coronavirus, le Maroc rompt avec le “paradigme de l’intérêt” qui s’est manifesté tout au long de cette crise, a analysé le politologue ivoirien Eddie Guipié.

“L’initiative marocaine rompt avec le paradigme de l’intérêt qui a prévalu tout au long de la crise pandémique liée au coronavirus”, a déclaré à la MAP M. Guipié, professeur de sciences politiques à l’Université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan.

C’est une initiative “à saluer” en ces temps où les Etats “se sont barricadés derrière leurs frontières et donc, leurs propres intérêts, et où l’on a vu que la majorité des organisations internationales ont été muettes ou, du moins, inefficaces”, a-t-il ajouté.

Cet acte “louable” du Maroc, qui vient en aide aux Etats membres de l’Union africaine, renseigne sur le “Soft Power” marocain qui se déploie de jour en jour en Afrique.

L’aide médicale marocaine destinée à la Côte d’Ivoire, dans le cadre d’un ensemble d’aides accordées, sur très Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, à plusieurs pays africains pour les accompagner dans leurs efforts de lutte contre le coronavirus, est arrivée samedi à l’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.


L’aide médicale marocaine est composée de près de 8 millions de masques, 900.000 visières, 600.000 charlottes, 60.000 blouses, 30.000 litres de gel hydroalcoolique, ainsi que 75.000 boîtes de chloroquine et 15.000 boites d’Azithromycine.