A LA UNEEconomie

Les dépenses liées au Covid hissent l’aide extérieure à un niveau sans précédent en 2020

L’aide extérieure consentie par les donneurs publics, dopée par les dépenses additionnelles mobilisées en vue d’aider les pays en développement à faire face à la crise du COVID-19, a atteint son plus haut niveau en 2020, selon des estimations préliminaires de l’OCDE publiées mardi.

Cette aide a atteint 161.2 milliards USD, ce qui représente une hausse de 3.5 % en termes réels par rapport à 2019, relève l’Organisation de coopération et de développement économiques.

L’aide publique au développement (APD) totale a correspondu à environ 1 % du montant que les pays ont mobilisé l’année dernière pour des mesures de relance économique destinées au redressement de leurs propres sociétés face à la crise du COVID‑19, a souligné le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, au cours d’une présentation virtuelle sur les données de l’aide.

D’après les premières estimations de l’OCDE, sur le total de l’aide publique au développement fournie en 2020 par les membres du Comité d’aide au développement (CAD), les pays du CAD ont dépensé 12 milliards USD pour des activités liées au COVID-19.

L’aide extérieure a augmenté au cours d’une année qui a vu d’autres flux de revenus à destination des pays en développement – échanges, investissement directs étrangers et envois de fonds des travailleurs émigrés – diminuer en raison de la pandémie, et les ressources intérieures être de plus en plus mises sous tension.

Au total, les financements privés extérieurs à destination des pays en développement ont chuté de 13 % en 2020, et le volume des échanges a reculé de 8.5 %.

L’augmentation de l’APD en 2020 a toutefois également été affectée par la hausse des prêts consentis par certains donneurs.

La part de l’APD bilatérale brute dispensée sous forme de prêts et de participations s’est élevée à 22 %, contre une part d’environ 17 % les années précédentes, le reste ayant pris la forme de dons.

L’APD bilatérale destinée à l’Afrique et aux pays les moins avancés a augmenté de respectivement 4.1 % et 1.8 %. L’aide humanitaire a progressé de 6 %. Si l’on exclut l’aide consacrée à l’accueil des réfugiés dans les pays donneurs – qui a enregistré un recul de 9.5 % par rapport à 2019 pour s’établir à 9.0 milliards USD à mettre essentiellement sur le compte du Canada, de l’Islande et des Pays-Bas – l’APD a augmenté de 4.4 % en termes réels en 2020.

Les données préliminaires que diffuse l’OCDE chaque année au mois d’avril sont complétées par la publication en fin d’année des données définitives, ventilées par destination géographique et sectorielle.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page