ban600
credit agricol

Les deux Corées et l’ONU acceptent de retirer les armes à la frontière

Les deux Corées et l’ONU acceptent de retirer les armes à la frontière

La Corée du Nord, la Corée du Sud et le commandement de l’ONU se sont mis d’accord ce lundi 22 octobre afin d’enlever les armes et les postes de garde dans la zone du village de Panmunjom. Selon le ministère de la défense de Seoul, c’est un pas de plus dans une relation qui s’améliore rapidement.

Suite au récent pacte intercoréen conclu au sommet de Pyongyang, les trois parties se sont réunies pour un second round à Panmunjom, une discussion portant sur les moyens à mettre en œuvre afin de démilitariser la frontière.

Cette annonce qui intervient alors que les Etats Unis craignent que ces efforts ne portent atteinte à la préparation de défense et n’apportent aucun progrès substantiel quant à la dénucléarisation promise par la Corée du Nord.

Les deux Corées voisines cherchent à enlever, au total, près de 11 postes de garde dans un rayon de 1 km de la ligne de démarcation militaire, le long de leur frontière d’ici la fin de l’année.

Il est également prévu de retirer toutes les armes à feu d’une zone de sécurité commune à Panmunjom, de réduire à 35 chacun, le nombre de membres du personnel qui y sont postés, et de partager des informations sur le matériel de surveillance.

→ Lire aussi : Inauguration prochaine des travaux de connexions ferroviaire et routière entre les deux Corées

Une opération de déminage a été effectuée et lors de la réunion ce lundi, les trois parties ont convenu de retirer les armes à feu et les postes de garde d’ici jeudi, et d’effectuer une inspection conjointe au cours des deux jours suivant.

"Nous avons discuté de la chronologie du retrait des armes à feu et des postes de garde, ainsi que des moyens d'ajuster le nombre de gardes et de mener des inspections conjointes", a indiqué le ministère dans un communiqué.

L'accord prévoit également l'interruption de «tous les actes hostiles» et d'une zone d'exclusion aérienne autour de la frontière.

Après son troisième sommet à Pyongyang, le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré que le Nord était prêt à inviter des experts internationaux à assister au démantèlement d'un site clé de missiles et à fermer le complexe nucléaire principal de Yongbyon si Washington prenait des mesures réciproques.

Mais Washington demande à la Corée du Nord de prendre des mesures irréversibles pour mettre au rebut son arsenal, par exemple, par une divulgation complète des installations et des matières nucléaires.

Abdellah Chbani

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :