Les données des politiciens allemands publiées en ligne, Merkel reste non affecté

données

Des données personnelles et des documents provenant de centaines de personnalités politiques et de personnalités publiques allemandes ont été postés en ligne, sur twitter notamment, a annoncé vendredi le gouvernement, ajoutant qu’aucun document confidentiel du bureau de la chancelière Angela Merkel n’avait été publié.

Cette attaque a visé la totalité des partis qui siègent au Bundestag, à la chambre-basse allemande, aux parlements régionaux et au parlement européen.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur a refusé de confirmer que la violation de données, qui avait déclenché une réunion d’urgence de l’organisme national de cyberdéfense, était le résultat d’un piratage.

Les médias allemands ont précédemment rapporté que des pirates informatiques avaient posté des données, notamment des détails de cartes de crédit et des numéros de téléphone mobile, avec des responsables politiques de tous les principaux partis concernés, à l’exception de l’Alternative de droite pour l’Allemagne (AfD).

“Des données et des documents personnels appartenant à des centaines de politiciens et de personnalités publiques ont été publiés en ligne”, a déclaré la porte-parole du gouvernement, Martina Fietz, lors d’une conférence de presse.


À en juger par un premier examen, aucune information sensible de la chancellerie n’avait été publiée, “et cela inclut (de la part de) la chancelière”, a-t-elle déclaré.

Le radiodiffuseur public ARD, qui a révélé l’histoire, a déclaré que ses journalistes n’avaient encore détecté aucun contenu incriminant. Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré que les forces armées n’étaient pas touchées non plus.

SÉRIE DE HACKS

L’organe de cyberdéfense BSI s’est réuni tôt vendredi pour coordonner la réponse des agences du gouvernement fédéral, y compris les agences de renseignement nationales et étrangères, a déclaré un porte-parole.

Si la publication des données provient d’un piratage, il s’agirait du dernier attentat à la pointe de la technologie contre les institutions politiques et les personnalités clés de l’Allemagne. L’année dernière, les législateurs ont déclaré qu’une puissante cyberattaque avait violé le réseau informatique du ministère des Affaires étrangères.


→ Lire aussi : L’Allemagne devra prendre “plus de responsabilités” dans le monde, selon Merkel

Les responsables de la sécurité ont attribué la plupart des attaques précédentes à un groupe russe de piratage informatique, APT28, qui aurait des liens étroits avec une agence d’espionnage russe. Les experts en sécurité ont tenu le même groupe responsable d’une attaque avant l’élection présidentielle américaine de 2016.

Le Kremlin, répondant à des accusations précédentes de cyber-attaques sur des infrastructures informatiques étrangères, a nié toute implication et a indiqué que ces accusations faisaient partie d’une chasse aux sorcières russophobes.

«Cette violation des données de centaines de politiciens allemands est alarmante, mais ce n’est pas surprenant», a déclaré Mike Hart, de la société de cyber-sécurité commerciale FireEye, citant de précédents stratagèmes.


“… Cela souligne la nécessité pour le gouvernement de prendre la cybersécurité très au sérieux.”

Les politiciens du parti d’extrême gauche Linke figuraient au nombre des personnes touchées, notamment Dietmar Bartsch, chef de son groupe dans la chambre basse du Parlement.

L’ARD a indiqué que les données, provenant de centaines d’hommes politiques et publiées sur un compte Twitter, incluaient des adresses, des lettres personnelles et des copies de cartes d’identité, citant l’affilié rbb.

L’identité des pirates et leurs motivations n’étaient pas connues, selon le rapport.


«Quiconque est responsable veut intimider les politiciens. Cela ne réussira pas », a déclaré Lars Klingbeil, secrétaire général des sociaux-démocrates de centre-gauche, partenaire de la coalition de Merkel.

Selon le quotidien Bild, le réseau interne sécurisé du gouvernement allemand n’a pas été touché par les pirates, citant des sources internes au BSI.

Abdellah Chbani avec Reuters