AccueilA LA UNELes énergies propres pour tous en Afrique ont besoin d’un financement durable à long terme
énergies

Les énergies propres pour tous en Afrique ont besoin d’un financement durable à long terme

Des solutions financières innovantes sont nécessaires pour répondre à la demande croissante en énergies propres et abordables en Afrique. La nouvelle initiative SDG7 de la CEA pourrait permettre de combler le déficit de financement, mais afin d’attirer davantage d’investissements privés, il convient de mettre en place des réformes structurelles.

«Les financements du secteur privé ne représentent que 10% de financement du secteur de l’énergie, explique Yohanes Hailu, expert en énergie à la Commission économique pour l’Afrique. La plupart des investissements privés sont concentrés dans quelques pays comme le Nigeria ou l’Afrique du Sud. Il semble que le secteur privé hésite à investir en Afrique, ce qui ne devrait pas être le cas, car le taux de défaut de paiement des pays africains est inférieur à celui de la plupart des autres régions du monde.» La solution pour attirer les fonds privés nécessaires passe par des partenariats public-privé et l’amélioration de l’environnement macro-économique.

Les experts en énergie réunis cette semaine à la conférence régionale de la CEA à Asmara ont discuté des meilleures pratiques en matière de financement de l’énergie, afin de combler le déficit de financement pressant auquel le continent est confronté.

Le dernier rapport de suivi mondial sur l’ODD7 avertit que les progrès actuels en matière d’accès seront insuffisants pour parvenir à l’accès universel d’ici à 2030, et que près de 90% de la population mondiale n’ayant toujours pas accès à l’énergie en 2030 se trouvera en Afrique. Malgré des progrès importants en termes d’accès (passant de 26% à 40% entre 2000 et 2018), le coût de l’énergie reste un problème : on estime que la population rurale africaine paie 60 à 80 fois plus par unité d’énergie, le coût de l’électricité allant de 25 USD par MWH en Éthiopie à 500 $ par MWH au Libéria (alors qu’il est de 40 $ en moyenne en Asie, par exemple). Dans le même temps, le développement économique et la croissance démographique entraînent une augmentation rapide des besoins en énergie: la CEA a calculé que ces besoins passeraient de 125 GW en 2010 à 700 GW en 2040 sur le continent.

Le financement des besoins en énergie reste le principal défi. La Banque africaine de développement estime qu’il faudrait 90 milliards USD par an pour atteindre les objectifs d’accès à l’énergie. Cependant, le financement public, même s’il est d’une importance cruciale, ne suffit pas à combler le déficit de financement des infrastructures, compte tenu de l’endettement croissant. Alors que le secteur public finance actuellement environ 30% des dépenses énergétiques sur le continent et que la Chine en finance environ 20%, la participation du secteur privé représente moins de 10% de la structure de financement actuelle.

L’engagement du secteur privé est limité par les contraintes imposées par les environnements réglementaire et commercial. Ces obstacles aux investissements du secteur privé dans les infrastructures doivent être traités, comme recommandé dans le dernier rapport d’étape mondial sur les ODD n ° 7, notamment par l’amélioration de l’environnement macro-économique, les politiques foncières et les lois sur l’investissement. Le soutien du secteur public est essentiel pour générer la confiance du secteur privé, par le biais de partenariats public-privé (PPP).

Le Kenya, par exemple, a réussi à structurer des partenariats public-privé tout au long de la chaîne de valeur de l’énergie, y compris les infrastructures de transport d’énergie, constituant l’un des seuls cas en Afrique, et les taux d’accès à l’énergie ont augmenté pour atteindre 73% en 2018.

Cependant, souligne Beatrice Florah pour le réseau PPP pour l’Afrique, les partenariats public-privé doivent être axés sur la durabilité, l’accessibilité financière et la participation des citoyens. «Les projets doivent non seulement optimiser les ressources, mais également les personnes. Avant de commencer tout projet, vous devez vous assurer que les gens peuvent se permettre l’énergie qui sera générée. “

Pour aider à combler le déficit de financement, la Commission économique pour l’Afrique a lancé l’initiative ODD 7 pour l’Afrique, qui vise à accélérer les investissements dans les domaines de l’énergie propre et du climat. Le projet prévoit de lever 10 milliards de dollars en cinq ans pour générer 10 GW d’énergie propre. La première obligation devrait être lancée en 2019, en partenariat avec des institutions financières mondiales et des banques africaines.

Share With:
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :