Les JPO de la DGSN, l’occasion de promouvoir davantage la transparence lors du recrutement

DGSN

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) renforce la transparence lors des concours et du recrutement au sein des rangs de la police, et ce en présentant aux visiteurs de ses Journées portes ouvertes organisées à Tanger, une simulation en direct de la correction d’un test écrit sous forme de questions à choix multiples.

Outre les techniques de correction du test écrit, les citoyens peuvent également s’enquérir, à travers le stand “recrutement-formation-carrière”, des différents critères requis pour postuler aux concours organisés par la DGSN, des examens médico-psychologiques menées dans le cadre du recrutement ainsi que la formation qui s’en suit.

Ainsi, le commissaire de police au sein de la direction des ressources humaines, Souhail El Houari, a indiqué que ce stand propose aux visiteurs de découvrir les conditions nécessaires pour postuler à plusieurs concours organisés par la DGSN, notamment les concours des gardiens de paix, des inspecteurs de police, des officiers de paix, des officiers de police, des commissaires et des commissaires principaux.

Il a rappelé, dans ce sens, l’adoption en mai du projet de décret n°2.19.429 portant statut des fonctionnaires de la sûreté nationale, en vertu duquel un nouveau concours de commissaire de police principal a été ouvert, faisant savoir que l’épreuve physique est maintenant notée à l’instar de l’épreuve orale, et ce afin de renforcer l’égalité des chances et de cibler les candidats les plus qualifiés.

→ Lire aussi : La DGSN accorde une attention particulière à la vérification des documents

La DGSN a également ouvert une plateforme de candidature en ligne qui sera fonctionnelle lors des prochains concours et qui permettra aux candidats de s’inscrire en ligne et de suivre en ligne l’ensemble des étapes du concours, a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le commissaire Aouli Nasreddin, docteur psychologue à l’inspection des services de santé de la sûreté nationale, a expliqué qu’à travers ce stand, les visiteurs peuvent aussi avoir davantage d’informations concernant les examens médico-psychologiques, précisant que les tests psychologiques ou psychotechniques diffèrent selon le cours, le grade et la formation dont bénéficieront les candidats.

Quant au commandant principal Youssef Salik, formateur à l’Institut royal de police, il a fait savoir que le stand de la formation explique en détails aux visiteurs la procédure d’accès à l’Institut royal de formation, avec une attention particulière accordée aux différentes formations qu’offrent les écoles de police.

Afin de rapprocher davantage le visiteur, deux stagiaires sont présents sur place pour témoigner de leur expérience, a-t-il ajouté, notant que le stand comporte également une partie dédiée à la coopération internationale où les visiteurs peuvent découvrir les échanges d’expériences de la DGSN avec plusieurs pays, notamment grâce à des formations tenues au profit des fonctionnaires de la sûreté nationale.

Les Journées portes ouvertes de la DGSN, dont la troisième édition se poursuit jusqu’au 6 octobre, s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de communication de la DGSN visant à consolider sa politique d’ouverture sur son environnement et à informer le public sur les efforts de modernisation mis en place pour assurer la sécurité des personnes et des biens, tout en préservant l’ordre public.

Cette édition traduit également la volonté de la DGSN de consolider la proximité avec le citoyen et met en lumière les efforts déployés à tous les niveaux ainsi que son ferme engagement à fournir des prestations de qualité répondant aux besoins de la population en matière de sécurité, et ce conformément aux Hautes Orientations de Sa M le Roi Mohammed VI.

Le programme riche et varié de cette édition comprend un total de 16 stands thématiques décrivant les différentes missions de la DGSN en tant que service public, outre un espace histoire, art et culture. Ces journées verront également l’organisation de 8 démonstrations en direct illustrant les techniques d’intervention opérées par les différentes unités opérationnelles, nombre d’ateliers interactifs de sensibilisation et d’information sur les sujets concernant directement le citoyen et plusieurs tables rondes sous forme de présentation et de débats autour de thématiques d’actualité.