Les junior-entreprises marocaines tiennent leur 3ème Congrès national

CJEM

“Digitalisation et Entrepreneuriat, entre challenges et opportunités” est le thème de la troisième édition du Congrès national des junior-entreprises marocaines, une manifestation annuelle qui met en exergue la force du mouvement des Junior-Entreprises à l’échelle internationale et marocaine en particulier.

Organisé, samedi à Casablanca, par la Confédération des Junior-Entreprises Marocaines (CJEM), ce “congrès hybride” qui se fait, cette année, à la fois en présentiel et en ligne avec une plateforme 3D, pour accueillir une plus large audience que les éditions précédentes, se veut un point de rassemblement des Junior-Entreprises, de réseautage et de networking avec les partenaires de la CJEM, les sponsors et les startups.

S’exprimant à l’ouverture du congrès, la présidente du Conseil d’administration de la CJEM, Dounia Kitab, a souligné que le congrès se veut un événement entrepreneurial des jeunes par excellence, notant que cette édition, à l’instar des précédentes, s’est inscrite sous le signe d’une manifestation grandiose digne de la célébration du réel potentiel entrepreneurial.

“Aujourd’hui et chaque jour d’ailleurs, c’est l’expérience junior-entrepreneur qui est mise à l’honneur”, a t-elle soutenu, relevant qu’il s’agit d’un état d’esprit, d’une volonté émanant d’une conscience aiguë et d’un sens de responsabilité afin de répondre aux défis du monde actuel comme jeunesse intégrée et faisant entendre clairement son point de vue.


Pour sa part, la présidente du bureau exécutif de la CJEM, Zineb Razmi, a indiqué que cette troisième édition vise notamment à débattre l’état actuel, les défis et les opportunités de la crise du nouveau coronavirus, notamment en matière d’entrepreneuriat et de digitalisation, ajoutant que l’événement offre également l’opportunité de rencontrer la communauté internationale des junior-entreprises.

“Le mouvement Jeune-Entreprise vient pour asseoir la maturité de l’entrepreneuriat des jeunes et développer l’esprit d’entreprendre chez les étudiants d’enseignement supérieur”, a souligné de son côté, le président d’honneur de la CJEM, Omar Benmoussa, notant qu’il vise aussi à développer l’insertion professionnelle et l’intégration des jeunes dans le marché professionnel.

Au menu de ce congrès, unique de son genre, figurent une conférence pour débattre du thème choisi pour cette édition, la remise des labels aux Junior-Entreprises, des colloques de l’entrepreneuriat ainsi que la remise du prix de la meilleure “Junior-Solution”, décerné à l’issue d’une compétition autour du thème “Crise Covid : Junior-solution” et impliquant 13 junior-entreprises. L’objectif de cette compétition est de proposer une réponse aux effets de la pandémie soit de manière directe sur le domaine de santé, ou de manière indirecte en intervenant sur un secteur touché. La CJEM a été créée pour promouvoir le concept des Junior-Entreprises au niveau national, mais aussi faire en sorte que le statut de Junior-Entreprise soit juridiquement reconnu et valorisé auprès des entreprises. Elle œuvre pour structurer un mouvement en pleine croissance à l’échelle nationale d’une part, et pour représenter au mieux le Junior-Entrepreneuriat marocain à l’échelle internationale d’autre part.

Au Maroc, le mouvement des Junior-Entreprises, qui est né en 1994 par la création de la Junior-Entreprise de l’ISCAE AGIR, est en plein essor. Il compte aujourd’hui parmi ses adhérents une trentaine de juniors qui travaillent annuellement sur des projets structurants et englobant un total de plus de 2.500 junior-entrepreneurs, mais aussi un très large réseau de lauréats.


Avec MAP