Les métiers d’attaché de presse et RP, chasse gardée de la femme

femme

Elles s’érigent en trait d’union entre les organismes, publics et privés, et les professionnels des média écrits, électroniques et audiovisuels, facilitant le travail des journalistes en communiquant les données et informations nécessaires pour leurs articles, l’objectif étant d’informer fidèlement et à temps l’opinion publique.

Il s’agit des chargées de communication qui se démarquent par leurs qualités relationnelles, leur forte capacité d’adaptation et surtout une méthodologie d’organisation efficiente.

Leur performance n’est plus à prouver, en ce sens qu’elles excellent dans une fonction qui requiert l’écoute, la polyvalence et la gestion des différentes situations et activités. Qui plus est, elles sont surtout dans le consensus. Autant de qualités qui expliquent la féminisation accélérée de ces métiers et permettent à ces pros de la com d’émerger et de se distinguer de la gent masculine dans ce domaine.

Et ce n’est pas un hasard si les organismes publics comme privés se sont orientés vers la femme pour occuper ces postes eu égard à la mutation profonde et à la rude concurrence qui dominent aujourd’hui le monde de la communication pour rendre fluide le contact avec les clients et les médias.

Ces organismes se sont tournés vers la femme parce qu’ils ont compris que leur développement passe par la fidélisation des médias et des différents publics ciblés, une tache que la femme exerce avec brio, étant avant tout, une mère, une sœur, une épouse, et surtout une habituée de la gestion des imprévus et des réponses aux desiderata des professionnels de la communication.


→ Lire aussi : SAR la Princesse Lalla Meryem préside la cérémonie de célébration de la Journée internationale de la femme

Et il suffit de faire un tour d’horizon dans les plus grands organismes et établissements nationaux pour en être convaincu. Rien que des femmes qui s’illustrent dans le feu de l’action quotidienne à l’heure d’informer sur les activités de leurs départements ou leurs entreprises.

C’est au moins ce qui ressort d’une brève consultation auprès des journalistes de la MAP en ce 8 mars, journée internationale de la femme.

Ainsi, le nom de Dounia Dellero revient comme un leitmotiv au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, au ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, c’est celui de Mme Ichraq Mejdoub. Au département de l’Industrie et du Commerce, c’est Mme Hanane Eddahmani qui satisfait avec professionnalisme et le sourire en sus, les demandes des journalistes. C’est le cas aussi de Mme Laila Essadki au ministère de l’Economie et des Finances, de Mme Fatima Zainoun à la Présidence de l’Université Mohammed V-Rabat, de Mme Sanae Zouine à l’ONSSA, et de Mme Leila Alaoui au ministère de la Culture et de la Communication, entre autres.


Mme Dounia Lahrech est le visage-presse de la Fédération Royale Marocaine de Football et Mme Najlae Benmbarek est synonyme du Conseil économique, social et environnemental dans l’esprit des journalistes.

Ce sont aussi des femmes qui occupent ce métier passionnant et passionné dans le secteur privé avec Mme Fatima Zahra Jabri à BMCE Bank, Mme Marwa Tellal auprès de la CGEM, Mme Asmae El Kezzit qui agit au nom de l’agence Saga Com, Mme Karima Hachimi l’interlocutrice des journalistes à l’agence A3 Com, et Mme Loubna Serraj pour la Maison d’édition La Croisée des Chemins. C’est aussi le cas de l’infatigable Mme Sanae Smiyej au nom de l’agence Publikart ou encore Mme Ouafae Afezzaz chez l’agence Mosaik, pour ne citer que celles-là.

Un métier qui est loin d’être une sinécure mais témoigne, si besoin est, de l’essor que la femme a pris particulièrement dans le monde de la communication, qui ne constitue qu’une partie d’un ensemble. Certainement, puisqu’au Maroc la femme investit tous les secteurs d’activité et occupe tout les niveaux de responsabilité.