Les ministres arabes des AE condamnent les crimes contre le peuple palestinien

La Turquie demande au consul israélien à Istanbul de partir temporairement

Le Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères a condamné les crimes généralisés et systématiques commis par les forces d’occupation israéliennes contre le peuple palestinien, et qui sont assimilables à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité en vertu du droit humain international.

Dans une décision adoptée à l’issue de sa session extraordinaire, tenue jeudi au siège du secrétariat général de la Ligue arabe au Caire, le conseil a dénoncé ces crimes dont le plus récent est l’agression brutale contre des manifestants palestiniens qui défilaient dans des marches pacifiques à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la Nakba et en protestation contre le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Al-Qods, tout en réclamant leurs droits légitimes à travers l’ensemble des territoires palestiniens, en particulier dans la bande de Gaza assiégée.

Dans ce sillage, les ministres arabes ont appelé le Conseil de sécurité, l’Assemblée générale, le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil des Droits de l’Homme et le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme, à prendre les mesures nécessaires pour mettre sur pied une commission d’enquête internationale sur les derniers événements à Gaza et à veiller à ce que cette commission ouvre une enquête sur le terrain et à assurer la mise en œuvre d’un mécanisme clair en vue de garantir que les responsables israéliens soient punis et traduits en justice pour ce crime, et de rendre justice aux victimes.

Ils ont également exhorté la communauté internationale à intervenir d’urgence afin d’assurer la protection internationale des civils palestiniens contre les crimes commis par les forces d’occupation israéliennes et appeler le Conseil de sécurité à mettre en œuvre ses résolutions pertinentes inhérentes à la protection des civils.


>>Lire aussi : La Turquie demande au consul israélien à Istanbul de partir temporairement

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont, en outre, réaffirmé leur attachement à “la paix en tant que choix stratégique et au règlement du conflit arabo-israélien, conformément à l’initiative de paix arabe de 2002, qui prévoit que la paix avec Israël et la normalisation des relations avec l’Etat hébreu doivent être précédées par la fin de son occupation des territoires palestiniens et arabes et l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur la base des frontières du 4 juin 1967, avec Al-Qods comme capitale”.

Ils ont également condamné avec force les incursions israéliennes répétées dans la Mosquée sainte d’Al-Aqsa et l’autorisation des colons sous la surveillance des forces de sécurité israéliennes de pénétrer dans la Cour de la Mosquée, soulignant qu’il s’agit d’un “acte provocateur” susceptible d’attiser les sentiments et d’inciter à la violence.

Le Maroc a été représenté lors de cette réunion par une délégation conduite par la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mounia Boucetta, et qui comprenait notamment l’ambassadeur du Maroc au Caire et représentant permanent du Royaume auprès de la Ligue arabe, Ahmed Tazi.