Les ODD au centre d’entretiens entre Lahlimi et la secrétaire exécutive de la CEA

Ahmed Lahlimi Alami

Les Objectifs de développement durable (ODD) on été au centre d’entretiens, mercredi à Rabat, entre le Haut-Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami et la Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe.

A cette occasion, les deux parties ont abordé leurs travaux sur le suivi de la mise en œuvre du programme mondial 2030 et l’agenda africain 2063 pour le développement durable, les chaînes de valeurs en Afrique du Nord, les écosystèmes des données émergentes et la digitalisation des métiers du Haut-commissariat au plan (HCP).

Les discussions ont porté essentiellement sur les questions fondamentales d’aujourd’hui, notamment le développement durable, la diversification de l’économie ou encore le processus de numérisation des économies africaines, a indiqué M. Lahlimi dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec Mme Songwe.

Dans ce sens, il a relevé que la coopération entre le HCP et la CEA, qui ne date pas d’ aujourd’hui, vise à développer une statistique de qualité dans le domaine des ODD outre les domaines qui permettent “un bon éclairage” des politiques publiques en ce qui concerne la diversification des économies ainsi que l’évaluation des réalisations du Royaume en la matière.

Il a précisé, à cet égard, que le HCP accompagnera les réalisations du Maroc dans ce domaine, en fournissant des données précises et des indicateurs conformes aux normes internationales, ainsi qu’une analyse économique de ces chiffres à travers les outils scientifique dont il dispose.


Il a également mis en relief les initiatives engagées par le HCP, notamment le renforcement du système de production de l’information statistique, l’enrichissement des travaux d’études socio-économiques et le développement de cadres de coopération avec des partenaires nationaux et internationaux.

→ Lire aussi : Le Maroc et la Guinée déterminés à développer leur coopération

Il a, par ailleurs, rappelé que le Haut-commissariat a signé récemment un accord de partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement et 10 agences onusiennes visant à élaborer un cadre de référence pour le suivi et le reporting des ODD au Maroc et à contribuer à l’éclairage des décideurs politiques et de l’opinion publique sur les réalisations nationales dans ce domaine.

De son côté, Mme Songwe a remercié le HCP pour ses efforts d’accompagnement des pays africains dans le cadre de la mise à niveau de leurs systèmes statistiques, notamment en matière de comptabilité nationale, d’enquêtes auprès des ménages, d’analyses conjoncturelles et de prévisions économiques.


Elle a également salué les efforts du Haut-Commissariat en termes “d’appropriation du contexte digital”, lequel lui permettra d’accélérer la mise à disposition aux populations, aux politiques et aux institutions intellectuelles notamment les universités, des analyses des données sur les changements de la société, notant que toutes les politiques publiques passent par lesdites analyses.

A cet égard, Mme Songwe a souligné que les deux parties s’engageront à doubler les efforts en vue d’assurer une meilleure présence et rapidité des données dans le continent africain et d’avoir plus de visibilité sur les changements structurels des sociétés africaines.

La responsable onusienne a également mis l’accent sur la Conférence onusienne des ministres africains des Finances qui aura lieu à Marrakech et dont l’agenda sera axé sur les questions de la fiscalité, de la numérisation et du commerce.

Au terme de cette rencontre, M. Lahlimi et Mme Songwe sont convenus de renforcer leur partenariat dans des domaines d’intérêt commun et de se mobiliser pour une meilleure contribution au processus d’intégration sous-régionale et régionale et ce, conformément à la politique du Royaume et de son rôle dans ce processus.


Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.