Les USA feront “ce qu’il faut” au sujet de la réduction ou non de leur présence militaire en Afrique

Mike Pompeo

Les Etats-Unis veilleraient à faire “ce qu’il faut” en partenariat avec leurs alliés au sujet de la réduction ou non de leur présence militaire en Afrique, notamment au Sahel confronté aux défis sécuritaires, a assuré, dimanche à Dakar, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.

Lors d’un point de presse conjoint avec le ministre sénégalais des Affaires étrangères Amadou Ba, M. Pompeo, s’est gardé de tout engagement et a laissé ouverte la question d’une réduction ou non des forces combattantes américaines en Afrique, actuellement à l’examen à Washington.

“Nous ferons ce qu’il faut, nous ferons ce qu’il faut collectivement, j’en suis convaincu”, a souligné le secrétaire d’Etat US en évoquant les partenaires sénégalais, africains, français et européens des Etats-Unis.

Le continent africain a besoin des Etats-Unis d’Amérique pour relever les défis majeurs liés à l’insécurité et au terrorisme, a pour sa part relevé le ministre sénégalais des Affaires étrangères.

“L’Afrique, confrontée à des défis majeurs liés à l’insécurité et au terrorisme, a besoin des Etats-Unis. Un allié stratégique pour un retour définitif de la paix et de la stabilité”, a souligné M. Amadou Bâ, saluant le rôle que jouent les Etats-Unis notamment en matière de formation, de logistique et de renseignements dans la lutte contre le trafic de drogue et le terrorisme sur le continent.

Arrivé samedi à Dakar, le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, se rendra lundi en Angola, puis à Addis-Abeba, En Ethiopie, dans le cadre d’une tournée africaine.