L’évacuation de certains établissements pénitentiaires vise à améliorer les conditions de détention

 

La Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) a affirmé que l’opération d’évacuation des détenus de certains établissements pénitentiaires s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des conditions de détention afin de lutter contre la surpopulation carcérale.

La DGAPR a indiqué dans un communiqué adressé à la MAP avoir procédé au transfert d’un certain nombre de détenus de la prison locale de Boulmeharez à Marrakech vers le centre pénitentiaire de l’Oudaya dans la même ville, après la construction et l’aménagement d’un nouveau pavillon au sein de cet établissement.

Cette opération s’inscrit dans le cadre d’un projet global mis en oeuvre par la DGAPR, visant l’édification de nouvelles prisons pour remplacer les anciens établissements pénitentiaires qui ne répondent plus aux conditions d’hébergement et de préparation des détenus à la réinsertion, précise-t-on de même source.

La Délégation a procédé, auparavant, au transfert des détenus de la prison locale de Fès (Aïn Kadous) à la prison Bourkayez, ajoute le communiqué, faisant observer que “les prisonniers bénéficient désormais de conditions d’incarcération plus humaines”.


La DGAPR “réitère sa détermination à améliorer les conditions d’hébergement des prisonniers, en construisant et en réaménageant de nouveaux établissements pénitentiaires, et dément catégoriquement, les accusations infondées et les allégations publiées par certains médias, de nature à perturber le processus de réforme dans lequel la Délégation s’est engagé en vue de promouvoir le secteur pénitentiaire et celui de la réinsertion au Maroc”, selon la même source.