L’expérience marocaine en matière de décentralisation mise en avant aux “rencontres de l’internationalisation des collectivités territoriales” à Paris

L’expérience marocaine en matière de décentralisation a été mise en avant, lundi à Paris, aux “rencontres de l’internationalisation des collectivités territoriales”.

Lors d’une rencontre tenue sous le thème: “Lumière sur le Maroc”, organisée dans le cadre de cet événement, initié par “Cités unies France” en collaboration avec plusieurs partenaires, les intervenants ont passé en revue l’évolution du processus de décentralisation dans le Royaume, couronné par l’adoption de la régionalisation avancée.

Ils ont en outre plaidé pour le développement de la coopération entre le Maroc et la France en matière de décentralisation, le but étant de relever les principaux défis dans le domaine de gestion territoriale à travers l’échange d’expériences et d’expertises.

A cet égard, le président de l’Association des régions du Maroc, Mohand Laenser a indiqué que le Royaume et la France ont suivi le même cheminement lors des récentes réformes relatives à la régionalisation à travers notamment la réduction du nombre des régions et l’extension de leurs attributions.


Il a également relevé l’importance de promouvoir la coopération entre les régions marocaines et françaises à travers le transfert du savoir-faire, en partageant aussi bien les réussites que les erreurs en vue d’aller plus vite dans la mise en œuvre des dernières réformes dans ce domaine.

M. Laenser a aussi souligné la nécessité de profiter de nombreux partenariats noués par chacun des deux pays pour développer une coopération multilatérale dans ce domaine, citant à titre d’exemple l’importance pour la France de tirer profit des relations liant le Royaume avec plusieurs pays du continent africain.

Pour sa part, le président de l’Association marocaine des présidents des Conseils communaux, Mohamed Boudra a mis en relief la nécessité de promouvoir la coopération entre les élus locaux aussi bien entre le Maroc et la France qu’avec d’autres pays en vue de relever les défis et répondre aux aspirations des populations.

La coopération décentralisée offre aussi l’occasion de réfléchir ensemble à certaines problématiques communes, a-t-il dit, citant entre autres, le défi du changement climatique, la sécurité et le développement, ainsi que la gestion des risques liés aux catastrophes naturelles.


De son côté, Jean Roatta, président du groupe pays-Maroc de Cités unies France, s’est félicité de l’évolution du processus de gestion territoriale sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, rappelant en outre les relations “formidables” unissant le Royaume et la France sur tous les plans.

Les régions et les collectivités constituent une passerelle extraordinaire pour les relations bilatérales notamment dans leur dimension humaine au bénéfice des populations des deux pays, a-t-il estimé.

Cette rencontre avait pour objectif de présenter l’expérience de régionalisation avancée qui est basée sur les spécificités institutionnelles et culturelles du Royaume, en s’appuyant sur un modèle renforçant la démocratie locale et consacrant l’émergence des territoires en tant qu’acteurs privilégiés du développement économique et social.

Le Maroc est l’un des partenaires officiels des rencontres de l’internationalisation des collectivités territoriales qui visent à valoriser le patrimoine international des collectivités dans le domaine de la solidarité et du développement, en montrant les évolutions rapides que connaît l’ancienne coopération décentralisée.


A noter qu’une délégation du ministère de l’Intérieur conduite par Khalid Safir, Wali, directeur général des collectivités locales, ainsi que plusieurs élus marocains prennent part à ces rencontres, qui se poursuivront mardi.