Liban : l’ONU appelle à un soutien accru pour la scolarisation des enfants affectés par les explosions de Beyrouth

scolarisation

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) a plaidé, vendredi, pour “une action urgente et un soutien accru” de la communauté internationale pour garantir la scolarisation des enfants affectés par les explosions survenues à Beyrouth le mois dernier.

Un mois après la double explosion dans le port de Beyrouth qui a dévasté la capitale libanaise, l’agence onusienne estime que 600.000 enfants vivent dans un rayon de 20 kilomètres autour du lieu des explosions et pourraient souffrir d’impacts psychologiques négatifs à court et à long terme.

La scolarisation des enfants est la priorité de l’UNICEF au Liban alors que la rentrée, prévue dans le courant du mois de septembre, s’annonce déjà difficile, a souligné le Fonds onusien, déplorant que 163 établissements scolaires ont été endommagés ou détruits par les explosions affectant les études de plus de 70.000 enfants et le travail de plus de 7.600 enseignants.

En outre, 20 établissements d’enseignement et de formation techniques et professionnels ont été endommagés, touchant environ 7.300 élèves. Selon les premières évaluations du ministère libanais de l’éducation et de l’enseignement supérieur, environ 80 % des écoles ont subi des dommages légers à modérés et 20 % des dommages importants.

En raison de la pandémie de Covid-19, toutes les écoles comptent adopter une approche mixte d’apprentissage en personne et à distance. Cependant, leur plan a été compliqué par l’impact des explosions, selon un communiqué de l’UNICEF, qui relève que les enfants les plus vulnérables n’ont pas accès au matériel d’apprentissage et une connexion internet et risquent ainsi d’être davantage en retard dans leur scolarité, voire d’abandonner l’école.


Face à ces besoins, l’agence onusienne appelle la communauté internationale à renforcer d’urgence le soutien à l’éducation des enfants de Beyrouth et à leurs familles.