Libye: La France regrette la démission de Ghassan Salamé

France

La France a indiqué, mercredi, avoir appris “avec regret” l’annonce de la démission du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, réitérant “son plein soutien” aux efforts du SG de l’ONU.

La France a appris avec regret l’annonce de la démission du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Libye. M. Ghassan Salamé a conduit sa mission avec compétence et conviction depuis juin 2017. Nous saluons ses efforts en faveur d’un cessez-le-feu et du lancement d’un dialogue politique inter-libyen sous l’égide des Nations unies“, a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay lors d’un point de presse électronique.

La France souhaite que cette dynamique se poursuive et appelle l’ensemble des acteurs à s’engager en faveur d’un cessez-le-feu durable, d’un meilleur contrôle des ressources et d’un dialogue politique représentatif et inclusif, a poursuivi la porte-parole qui a réitéré le “plein soutien” de la France aux efforts déployés en ce sens par le Secrétaire général des Nations unies.

L’envoyé spécial de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, a annoncé lundi sa démission pour des “raisons de santé“, après près de trois ans à son poste. “Je dois reconnaître que ma santé ne me permet plus de subir autant de stress, j’ai donc demandé au secrétaire général (de l’ONU) de me libérer de mes fonctions“, a écrit le diplomate libanais sur son compte personnel Twitter.

Ghassan Salamé a été nommé en juin 2017 par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, en tant que Représentant spécial et Chef de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL).


Sa démission intervient alors que la situation en Libye continue d’empirer, notamment ces derniers jours avec des bombardements aveugles de plusieurs parties de Tripoli, notamment des zones résidentielles et de l’aéroport de la capitale.