Libye: l’envoyé de l’ONU informe le Conseil de sécurité de la situation sur le terrain

Libye
Libye

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a informé lundi le Conseil de sécurité, réuni à huis clos, des derniers développements de la situation dans ce pays où les combats se sont intensifiés dernièrement.

La réunion du Conseil intervient au lendemain d’un week-end meurtrier marqué par le bombardement du Collège militaire d’al-Hadba, au sud de la capitale Tripoli, qui a fait au moins 28 morts et des dizaines de blessés.

Un raid aérien a visé samedi cette école militaire, alors que les cadets se trouvaient dans la cour principale avant de regagner leurs dortoirs. Les forces du Gouvernement d’accord nationale (libyen GNA) accusent les forces pro-Haftar d’avoir mené cette frappe.

→ Lire aussi : «Il n’y aurait pas de solution militaire » à la crise libyenne, affirme Macron

Le sud de Tripoli est le théâtre de combats depuis que le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen, a lancé une offensive pour s’emparer de la capitale libyenne, siège du GNA, début avril dernier.


Dans une déclaration en fin de semaine dernière, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait renouvelé son appel à un cessez-le-feu “immédiat” en Libye et à un retour au dialogue politique de toutes les parties.

“Tout soutien étranger aux parties belligérantes ne fera qu’aggraver le conflit en cours et compliquera encore les efforts pour parvenir à une solution politique pacifique et globale”, a estimé M. Guterres.

De son côté, le Coordonnateur résident des Nations-Unies et Coordinateur humanitaire pour la Libye Yacoub El-Hillo, a fermement condamné l’intensification des frappes aériennes et des bombardements dans et autour de la capitale libyenne, se disant “horrifié par ces attaques insensées et aveugles contre des zones et des infrastructures civiles qui continuent à faire des victimes innocentes”.