L’ICESCO et la Commission nationale burkinabè lancent un projet de soutien aux femmes et jeunes en partenariat avec la Fondation Alwaleed Philathropies

ICESCO

L’Organisation du Monde Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ICESCO) et la Commission nationale burkinabè pour l’UNESCO et l’ICESCO ont signé un accord de lancement du « Projet de lutte contre la COVID-19 à travers le soutien à l’innovation et l’entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes » en Burkina Faso, dans le cadre du partenariat entre l’ICESCO et la Fondation Alwaleed Philanthropies, visant à soutenir les efforts de 10 pays africains pour faire face aux répercussions négatives de la pandémie.

La cérémonie de signature virtuelle a été tenue vendredi 5 février 2021, en présence de Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’ICESCO, et de M. Alkassoum Maïga, Ministre burkinabè de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Président de la Commission nationale burkinabè pour l’UNESCO et l’ICESCO.

Lors de son allocution prononcée à cette occasion, Dr AlMalik a réaffirmé que l’ICESCO poursuivra ses efforts pour soutenir ses États membres dans leur lutte contre les répercussions négatives de la pandémie de la COVID-19, et ce, dans le cadre de sa nouvelle vision fondée sur le renforcement des mécanismes de communication avec les États et la détermination des besoins et priorités de chacun d’entre eux. Le but est, a-t-il ajouté, de promouvoir le développement global et durable et d’améliorer les compétences de ces États en matière de gestion des transformations sociales.

De même, Dr AlMalik a exprimé ses sincères remerciements et sa profonde gratitude au partenaire permanent de l’ICESCO, la Fondation Alwaleed Philanthropies, dont le Président du Conseil d’Administration est Son Altesse Royale le Prince Al Waleed bin Talal Al Saud, pour son soutien généreux à l’initiative humanitaire et sociale de l’ICESCO visant à apporter l’aide à 10 pays africains, notamment le Burkina Faso.

De son côté, M. Alkassoum Maïga S’est félicité des initiatives, programmes et activités remarquables lancés et réalisés par l’ICESCO pendant la période de la COVID-19 dans l’optique de promouvoir les efforts et les capacités des États membres en matière de lutte contre les répercussions négatives de ladite pandémie. Il a également salué les aides fournies par la Fondation à son pays, par le biais de l’ICESCO.


À l’issue de la cérémonie, il a été procédé à la signature du mémorandum d’entente concernant la mise en œuvre du projet de renforcement de l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes et les femmes, en particulier des zones rurales, et les travailleurs du secteur informel, à travers la production locale de matériels de santé et de protection. Il s’agit aussi d’encourager les jeunes et les femmes à l’innovation, l’entreprenariat et la diffusion des nouvelles pratiques hygiéniques afin de renforcer la santé publique, ainsi que de faciliter la transition des activités économiques du secteur informel vers le secteur formel au Burkina Faso.

Il convient de rappeler qu’au cours des quatre dernières décennies, la Fondation Alwaleed Philanthropies, a soutenu et mis en œuvre plus de 1000 projets et dépensé plus de 15 milliards SAR dans plus de 189 pays à travers le monde, sous la direction de 10 femmes responsables saoudiennes, en faveur de plus d’un milliard de bénéficiaires, sans distinction de sexe, de race ou de religion. De même, la Fondation coopère avec différentes institutions caritatives, gouvernementales et éducatives pour lutter contre la pauvreté, autonomiser les femmes et les jeunes, développer les communautés locales, fournir les secours en cas de catastrophe et créer une atmosphère d’entente culturelle à travers l’éducation ; le but étant que tout le monde puisse construire les ponts pour un monde plus affectueux, plus tolérant et plus plausible.