L’Institut royal de police de Kénitra accueille douze hauts cadres sécuritaires sénégalais pour formation

 Douze hauts cadres sécuritaires sénégalais ont profité, du 17 au 25 octobre, d’une formation à l’Institut royal de police de Kénitra dans le domaine de la “Gestion des incidents critiques”.

Cette formation est le fruit du partenariat tripartite entre le Maroc, les Etats-Unis et le Sénégal. Elle a permis à douze hauts cadres issus des services de sécurité, de gendarmerie et des sapeurs pompiers du Sénégal de bénéficier d’un stage dans la gestion des incidents critiques, sous la supervision d’experts marocains et américains. Cette initiative traduit l’importance de la coopération en matière sécuritaire entre le Maroc et les Etats-Unis qui se renforce d’année en année, a affirmé mardi, dans une allocution à l’occasion de la cérémonie de remise des attestations aux bénéficiaires de cette formation, le gouverneur, directeur des Affaires générales du ministère de l’Intérieur, Karim Kassi Lahlou, indiquant qu’elle fait suite à d’autres formations ayant eu lieu en 2015 sur la sécurité des frontières, la gestion des incidents terroristes, l’analyse comportementale et la lutte contre la fraude documentaire. Le choix du Sénégal, qui bénéficie pour la deuxième fois consécutive de cette formation, “n’est pas fortuit”, a dit M. Lahlou, faisant savoir qu’il illustre “les liens forts, aussi bien historiques, culturels, spirituels, qu’économiques et sociaux qui lient le Maroc et le Sénégal”. Ce projet à dimension sécuritaire et régionale, désormais une réalité, est passé par plusieurs étapes, a relevé, de son côté, le directeur des Ressources humaines de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), Mohamed Imrabden, expliquant que cette idée a vu le jour en 2014 avec la tenue d’une série de réunions préparatoires entre les responsables américains de la lutte antiterroriste et des représentants du ministère de l’Intérieur, la DGSN et la Gendarmerie royale, avec pour premier objectif de préparer des formateurs d’un haut niveau de compétences à travers l’organisation de sessions de formation à l’Institut royal de police et aux États-Unis.

Dans la deuxième étape de ce projet, on a élaboré des programmes de formation adaptés en s’inspirant du cadre juridique national et en tenant compte du contexte sécuritaire international, a-t-il ajouté, faisant observer que le choix du sujet de cette formation découle de la conviction des parties organisatrices des difficultés relatives à la gestion des crises et des dangers qui vont au-delà des interventions unilatérales d’un service de sécurité quelconque et qui requièrent une approche globale. En situation de crise, il est nécessaire de rassembler les différents intervenants autour d’une seule table afin de prendre les décisions qui s’imposent avec suffisamment de recul et une vision complémentaire entre les établissements sécuritaires, a souligné M. Imbrabden.

“Ce séminaire nous a été bénéfique dans la mesure où il va nous permettre, suite à un incident critique, de mettre en place un état-major unifié avec plusieurs services, sapeurs pompiers, gendarmerie, police, services de santé…”, a affirmé dans une déclaration à la presse le lieutenant-colonel Moussa Niang, commandant du groupement des unités spécialisées de la brigade nationale des sapeurs pompiers du Sénégal. Par ailleurs, a poursuivi M. Niang, “grâce à cette formation, nous sommes mieux à même de prévoir les incidents potentiels et de prévenir l’ensemble des services concernés et les premiers intervenants”.


Pour sa part, le directeur de la sécurité diplomatique à l’Ambassade des Etats-Unis à Rabat, Richard Loffert, a souligné que cette initiative trilatérale marque une évolution dans la relation des responsables sécuritaires américains avec leurs homologues marocains, saluant “le rôle de leader du Maroc en matière d’assistance, d’expertise et de formation antiterroriste”. Le Maroc “a su se positionner en tant que hub de coopération sécuritaire sur le continent africain”, a-t-il dit. La deuxième édition de cette formation sur la “Gestion des incidents critiques” fait suite à celle qui s’était tenue entre les 14 et 22 décembre 2015 et dont avaient bénéficié neuf hauts cadres des services sécuritaires sénégalais. La cérémonie de clôture de cette formation, présidée par le directeur de l’Institut royal de police de Kénitra par intérim, Abdelaziz Zakaria, s’est tenue en présence notamment du directeur des Affaires africaines au ministère des Affaires étrangères et de la coopération, Mohamed Elhadi.