L’Iran reprend ses activités d’enrichissement d’uranium

L’Iran reprend ses activités d’enrichissement d’uranium
L’Iran reprend ses activités d’enrichissement d’uranium

L’Iran a repris ses activités d’enrichissement d’uranium, conformément à l’annonce du Président Hassan Rohani, ce mardi. Un acte qui constitue une violation supplémentaire à l’Accord de Vienne, qui avait été signé en 2015, et duquel les Etats-Unis se sont retirés.

Violations successives de l’Accord de Vienne

L’annonce de la reprise des activités d’enrichissement d’uranium signe une nouvelle étape dans la réduction des engagements qui ont été pris, en 2015, concernant le programme nucléaire. Cet accord, conclu le 14 juillet 2015 à Vienne, entre l’Iran et la Chine, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Allemagne, supposait que l’Iran ne tente « jamais et en aucun cas à développer ou acquérir des armes nucléaires », et ce, en échange de la levée d’une partie des sanctions qui lui ont été infligées et qui ont eu d’importantes répercussions économiques sur le pays, entré alors en récession. Cet accord avait été validé par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Néanmoins, en réaction à la décision des Etats-Unis de se retirer de cet accord, en 2018, et de rétablir les fameuses sanctions économiques, l’Iran décide d’agir dans le cadre des articles 26 et 36, qui lui donnent le droit de suspendre ses engagements si l’un des partenaires ne respecte pas ses obligations. Téhéran annonce alors que tant que ses demandes ne seront pas satisfaites, il manquera à de nouvelles dispositions de l’accord tous les 60 jours. La reprise des activités d’enrichissement d’uranium entre alors dans le cadre de ce plan et en constitue la 4e phase. En effet, suite à l’annonce du Président Rohani, la production et la collecte de l’uranium enrichi a démarré, ce jeudi, dans l’usine souterraine de Fordo (situées à environ 180 km au sud de Téhéran).


La communauté internationale préoccupée

Cette décision a interpelé la communauté internationale qui a appelé l’Iran à revenir sur sa décision. Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères français a déclaré : « Les annonces par l’Iran, le 5 novembre, pour augmenter ses capacités d’enrichissement vont à l’encontre de l’accord de Vienne, qui limite strictement les activités dans ce domaine. » Certains pays, comme l’Allemagne, ont exprimé leur profonde préoccupation quant à ces annonces et aux récentes actions de l’Iran, contraires aux engagements pris dans le cadre de l’accord. Les Etats-Unis voient cette décision comme une « provocation scandaleuse ».