Loi “Sécurité globale”: de nouvelles manifestations prévues samedi en France

sécurité globale

Une nouvelle journée de manifestations est prévue, samedi, dans plusieurs villes françaises contre la proposition de loi dite de “sécurité globale”, visant à réprimer la diffusion malveillante d’images des forces de l’ordre en intervention, rapportent vendredi les médias de l’hexagone.

Contrairement aux semaines précédentes, ces rassemblements ne se feront pas sous l’égide du collectif #StopLoiSécuritéGlobale, composé de syndicats et de sociétés de journalistes, d’ONG, et d’associations de défense des droits de l’homme, mais à l’appel de plus petites organisations dont la Ligue des Droits de l’Homme, Solidaires et FSU, ajoutent les médias.

Des manifestations sont ainsi prévues notamment à Paris, Nancy, Brest, Montpellier, Cahors, Rennes, Chalon-sur-Saône, Mulhouse, Mont-de-Marsan et à Lille.

Dans la capitale, la Préfecture de Police a décidé de restreindre le parcours de la marche, organisé sous l’impulsion d’un groupe de “gilets jaunes”.

“En raison de risques de troubles à l’ordre public dans un secteur regroupant de très nombreux commerces des 6e et 7e arrondissements et dans un périmètre regroupant de nombreuses institutions, le préfet de Police interdit le parcours d’une manifestation se revendiquant du mouvement des ‘+gilets jaunes+”, indique la préfecture dans un communiqué.


Toutefois, la préfecture de police a autorisé une portion de la marche, malgré la crise sanitaire, qui “pourra se dérouler depuis la place du Palais-Royal jusqu’au pont des Arts, non inclus”.

Dénonçant un projet de loi “liberticide”, le collectif “Coordination #StopLoiSécuritéGlobale”, appelle au retrait pur et simple des articles 21, 22, 24 de cette proposition de loi et du schéma national du maintien de l’ordre.

Le gouvernement, lui, affirme que cette proposition de loi vise à protéger les policiers victimes d’appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux, avec des détails de leur vie privée révélés.

Face à la vague de critiques que ce texte a soulevée en France, la majorité parlementaire a annoncé qu’elle allait “proposer une nouvelle écriture complète” de l’article 24 controversé.


La proposition de loi “sécurité globale” avait été adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale. Elle devra être débattue par la suite au Sénat.

( Avec MAP )