L’ONU appelle à la libération des travailleurs étrangers enlevés dans le sud de la Libye

ONU

La représentante spéciale adjointe du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Stephanie Williams, a appelé dimanche à la libération “immédiate et inconditionnelle” des ingénieurs étrangers enlevés par un groupe armé dans un gisement pétrolier du sud de la Libye.

Williams a condamné l’enlèvement des travailleurs pétroliers sur le champ de Sharara en réclamant leur mise en liberté immédiate et inconditionnelle“, a indiqué la Mission d’appui des Nations Unies en Libye dans un communiqué suite à une réunion à Tripoli entre Williams et Mustafa Sanalla, président de la Compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC).

→ Lire aussi : La mise en place du bureau de ONU-Habitat à Rabat au centre d’entretiens à Nairobi

Mi-juillet, un groupe armé non-identifié a enlevé quatre ingénieurs, trois Libyens et un Roumain, qui travaillaient sur le gisement pétrolier de Sharara. Deux ingénieurs libyens ont été libérés peu après, alors que les deux autres sont encore détenus.
La représentante a réitéré que la richesse de la Libye appartenait au peuple libyen, et que la NOC était une autorité légitime et reconnue internationalement pour l’exploitation pétrolière et gazière en Libye“, indique le communiqué.

Le gisement de Sharara est le plus grand en Libye. Sa production atteint 270.000 barils par jour, soit presque un quart de la production quotidienne de l’ensemble du pays.