L’ONU condamne la récente montée de l’intolérance et de l’islamophobie

 

Il est évident que l’année 2015 aura été l’année des turbulences pour bien des pays qui se sont vus frappés de plein fouet par la sauvagerie d’attentats terroristes commis par des individus dont la raison et l’humanisme ont cédé la place à l’obscurantisme et à la violence au nom d’une religion qu’ils ont ternie et dépouillée de son essence à savoir la tolérance. Il est évident aussi que cette année, l’islamophobie qu’on cherche à justifier par l’injustifiable afin de manipuler l’opinion publique aura connu son paroxysme et particulièrement en Europe et en Occident et pour cause tout ce qui est lié à l’islam ne peut entraîner que sang et peur et donc la meilleure prévention serait la révulsion et le rejet. C’est dire que le monde est en phase de perte d’harmonie. Une situation qui n’augure rien de bon. Et c’est d’ailleurs ce qu’a dénoncé l’Organisation des Nations Unies, lundi, en exprimant sa “grave préoccupation” par le récent “flux” d’intolérance et du discours haineux, à la fois dans le public et les médias, particulièrement à l’égard des Musulmans.

Nous sommes révulsés par les manifestations ignobles de haine et d’intolérance ( ) et par la dissémination délibérée et dangereuse des fausses informations et de la manipulation de la peur pour des gains politiques“, ont indiqué, dans un communiqué conjoint, le Conseiller spécial du Secrétaire général de l’Onu pour la Prévention du génocide, Adama Dieng, et la Conseillère spéciale avec la responsabilité de protéger, Jennifer Welsh.

Alors que les deux hauts responsables onusiens ont condamné “fermement et sans réserves” les attaques criminelles par des extrémistes violents, ils ont souligné l’effet “compromettant” de créer des liens entre ces attaques et une quelconque population.

De telles attitudes se sont traduites par la “discrimination et la violence contre les populations musulmanes“, ont-ils fait observer.


Cette réaction intervient suite à de “nombreux actes d’intimidation et de violence” à l’encontre des Musulmans, “notamment des actes de vandalisme de mosquées, ainsi que des commentaires discriminatoires, xénophobes et racistes” contre cette population, explique le communiqué, regrettant que certains de ces commentaires ont taxé de “terroristes” tous les Musulmans venus de Syrie ou d’Irak.

M. Dieng et Mme Welsh ont, à cet égard, jugé “inadmissibles” les appels par certains politiciens à restreindre la liberté de circulation des Musulmans ou à ne pas recevoir des réfugiés syriens ou irakiens.

Les réfugiés venant de Syrie et d’Irak fuient le même type de violence dont nous avons peur en Occident“, ont-ils souligné, ajoutant que le rejet de ces réfugiés est un “affront à notre humanité“.

A l’heure du combat contre la violence et l’extrémisme, gouvernements et autres acteurs influents sont appelés à “contrer les mensonges, les préjugés et la peur“, ont souligné les Conseillers spéciaux, exhortant les autorités et les leaders politiques à “agir en toute responsabilité, et avec respect aux lois nationales et internationales“.


Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…