L’Opep a encore un rôle important à jouer sur le marché mondial du pétrole

Opep

Par Sebastian Wagner : Président du Forum des affaires Allemagne-Afrique (Germany-Africa Business Forum)

Scannez les nouvelles occidentales sur l’Opep de ces dernières années, et une observation commune a tendance à apparaître : l’Opep a eu une énorme influence sur le marché mondial du pétrole à l’époque. Maintenant, à l’ère du pétrole de schiste, plus tellement.

Je dirais que l’Opep peut affirmer, en toute sécurité, que les informations faisant état de sa mort – ou d’une diminution de sa pertinence – sont grandement exagérées. En fait, L’Opep a été au centre de l’une des plus grandes histoires de 2020, en dehors due la Covid-19 : un accord historique qui a résolu la guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie. De 2016 à fin mars, ces deux centres pétroliers mondiaux faisaient partie d’une alliance lâche de membres de l’Opep et de producteurs non membres, connue sous le nom d’Opep +. Son objectif était de stabiliser le marché mondial du pétrole grâce à des réductions de production volontaires.

L’alliance a été un succès jusqu’au début de l’année, lorsque la Covid-19 a effectivement fermé l’économie chinoise et réduit considérablement ses importations de pétrole brut. Pour rétablir l’équilibre du marché, l’Arabie saoudite, membre de l’Opep, a demandé à la Russie, membre de l’Opep+, d’augmenter ses réductions de production. Lorsque la Russie a refusé, l’Arabie saoudite a cessé de se conformer à ses propres réductions de production et a plutôt commencé à inonder le marché de pétrole. La Russie a emboîté le pas et les plans de renouvellement de l’accord Opep+, le 1er avril, ont été abandonnés. Les prix du pétrole brut sont tombés en chute libre et les producteurs américains de pétrole de schiste ont commencé à lutter pour survivre. Cela n’a pas aidé lorsque la Covid-19 a commencé à imposer des blocages dans le monde entier, entraînant une chute de la demande de pétrole brut et même une baisse des prix du pétrole.


Le monde regardait de près lorsque les dirigeants saoudiens et russes ont assisté à une réunion d’urgence de l’Opep/Opep+ le 9 avril. Après trois jours de négociations, les membres de l’Opep et de l’Opep+ ont convenu de réductions massives de la production commençant à près de 10 millions de barils par jour, le 1er mai. Les coupes, qui diminueront progressivement, devraient se poursuivre jusqu’en avril 2022. Alors que la faible demande reste préoccupante, en stabilisant le marché pétrolier, l’Opep+ continuera de fournir un soulagement économique et sauver des emplois partout dans le monde. Peu de temps après la finalisation de l’accord sur la réduction des produits, le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a partagé son enthousiasme avec Bloomberg News : «Nous avons démontré que l’Opep+ est opérationnelle, et bien vivante.» En effet. L’Opep et l’Opep+ sont bien vivantes et toujours aussi pertinentes.

Une nouvelle ère ?

Malgré les descriptions condescendantes de l’Opep que j’ai lues dans la couverture médiatique américaine, je vois des signes que les dirigeants américains commencent à regarder l’Opep avec un nouveau respect. Même l’un des critiques américains les plus francs de l’Organisation, le président Donald Trump, a prononcé des paroles généreuses pour l’Opep la veille de sa réunion du 9 avril. «De toute évidence, pendant de nombreuses années, je pensais que l’Opep était très injuste», a déclaré Trump lors d’un point de presse. «Je détestais l’Opep. Vous voulez connaître la vérité ? Je l’ai détesté parce que c’était juste une solution de court terme. Mais au bout d’un certain temps, j’ai fait marche arrière.» Ensuite, il y a Ryan Sitton de la Texas Railroad Commission, qui réglemente l’exploration, la production et le transport de pétrole et de gaz naturel au Texas. Il a répondu à la guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie en s’adressant à l’Opep et en proposant des réductions de la production de pétrole à l’échelle de l’État. Après une séance photo d’une heure avec le Secrétaire général de l’Opep, Mohammad Barkindo, Sitton a été invité à assister à la réunion de juin de l’Opep à Vienne. Bien que j’applaudisse l’initiative de Sitton, je ne pouvais m’empêcher de remarquer à quel point c’était différent de la ligne de jeu de l’Opep. La politique énergétique américaine a été motivée par un fort désir de «libérer» l’industrie pétrolière et gazière du pays de l’influence de l’Opep. Pas plus tard qu’en 2018, la Chambre des représentants des États-Unis a tenté de faire passer la loi NOPEC (No Oil Producing and Exporting Cartels Act). Si ce projet de loi nuisible avait été approuvé, le procureur général des États-Unis aurait été autorisé à engager des poursuites antitrust contre l’Opep et ses pays membres. La législation aurait probablement mis en péril les investissements étrangers dans l’industrie pétrolière et gazière américaine et aurait coûté à l’Amérique de précieux partenariats commerciaux. Comme les choses ont radicalement changé, deux ans après la proposition de NOPEC, un représentant de la puissante commission du Texas Railroad a proposé de travailler avec l’Opep pour aider à équilibrer le marché. Bien qu’il ne soit pas clair si le Texas réduira sa production, la décision de Sitton d’ouvrir une communication avec l’Opep est positive, et j’espère que d’autres leaders de l’industrie américaine considéreront la même chose. Au lieu de considérer l’Opep comme ennemi, de le rejeter ou de l’éviter, pourquoi ne pas apprendre à comprendre cette organisation importante et à jeter les bases d’une relation productive ?

Gagner en perspective

Je suggère de commencer par le livre «Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique», qui a rencontré un grand succès sur Amazon et comprend un chapitre intitulé «Une place à la table des négociations : l’Afrique et l’Opep». Oui, le chapitre couvre la valeur que l’adhésion à l’Opep offre aux pays africains, mais ses idées sont pertinentes pour tous ceux qui ont des liens avec l’industrie pétrolière et gazière.

Le contexte de la Déclaration de coopération de l’Opep de 2016 est particulièrement opportun. C’est cet accord entre les producteurs de l’Opep et 11 non-membres qui a abouti à l’Opep+. Pour la première fois dans l’histoire de l’Opep, les pays membres ont accepté de travailler avec des pays tiers pour stabiliser le marché mondial du pétrole après que la production accrue de pétrole de schiste aux États-Unis eut déclenché des prix bas.Ensemble, les pays participants se sont engagés à procéder à des ajustements volontaires de la production de 1,8 million de barils par jour. Jusqu’à l’extraordinaire chaîne d’événements déclenchée par la COVID-19, l’alliance Opep + est restée fermement en place.


Le livre explore également les raisons pour lesquelles l’adhésion à l’Opep a tant à offrir aux producteurs de pétrole africains: la force du nombre et un engagement en faveur de l’unité. «L’Organisation affirme que chaque nouveau membre contribue à la stabilité du groupe et renforce l’engagement des membres les uns envers les autres», explique le livre. «Différentes perspectives créent une culture riche où les collègues peuvent apprendre les uns des autres, anticiper et répondre à la complexité des marchés pétroliers d’aujourd’hui et, finalement, influencer les prix.»

Ce n’est pas toujours un processus transparent, mais l’Opep continue d’atteindre ces objectifs. Et à mesure que nous progressons, ce type d’approche unifiée restera essentiel. Très probablement, l’industrie mondiale du pétrole et du gaz sera forcée de faire face aux impacts économiques de la COVID-19 et à la faible demande de pétrole pendant une période inconnue. Au lieu de travailler à contre-courant, les pays producteurs de pétrole devront continuer à coopérer pour trouver des solutions, saisir les opportunités et maintenir l’industrie en vie.